FORUM FERME ! VOUS POUVEZ NOUS RETROUVER SUR
AES . SIDHE




anipassion.com

Partagez | 

 

 « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Lun 28 Nov - 23:29






« You're such a bitch, but I'm your lover »

Le jour J. Un réveil en fanfare, une préparation d’une rapidité étonnante en hurlant à tout va « où était cette fichue chemise rouge » qu’il aimait tant. Donald souriait en le voyant mettre sa chambre sans dessus-dessous. Il y avait des vêtements par terre, des boutons de manchette abandonnés sur le lit encore défait. Calmement, le Majordome venait lui tendre la chemise qu’Angelus recherchait, soulagé, il l’enfilait. Se sentait-il stressé ? Un peu, sans savoir vraiment pourquoi, ce n’était qu’un simple diner, rien de bien incroyable, mais c’était bien la première fois qu’il voyait Angelus prendre soin de sa tenue, en dehors de ses sorties officielles. Il l’aidait même à faire en sorte de ne pas être trop débraillé, lui lançant un sourire chaleureux. Tout allait bien se passer. Angelus hocha la tête en ajustant sa veste de costume, oui, il était classe, pantalon noir, veste assortie et chemise rouge sang dont les premiers boutons avaient été délaissés. Il avait même pris le soin d’avoir les cheveux à peu près disciplinés, mais il détestait les plaquer, alors il les avait laissé comme d’habitude, en passant une simple main entre les mèches châtains. Un dernier coup d’œil au miroir qui lui renvoyait un reflet pas très net, il observa sa montre. 19h45. Il allait être en retard. Attrapant rapidement son porte feuille, il fit signe à Donald et fonça en dehors de la chambre pour descendre les escaliers, ou pas, il les sautait pour retomber tranquillement en contre bas, reprenant sa course en direction de la porte. Le chauffeur attendait déjà dans la berline noire, il la prenait pour des déplacements dus à son rang, mais ce soir il n’avait pas l’intention de sortir Lynn dans une de ses bagnoles de macho. La portière qu’il ouvrait brusquement, et il s’arrêta. Il n’avait pas oublié quelque chose ? Demi-tour.

Donald attendait Angelus avec un petit coffret et un bouquet de roses rouges, il pensait à tout, décidément. Il lui tendait le tout et le Prince se détourna pour retourner auprès de la voiture et s’y engouffra. Posant les affaires de côté, il vérifia rapidement ses manches, demandant au chauffeur d’aller au plus vite à l’adresse qu’il lui avait donné. C’était un peu cliché ? Et puis quoi, il allait débarquer sans lui offrir de fleurs ou quoique ce soit ? Non, pour lui c’était aussi une marque de respect envers elle, une manière de lui dire « Regarde, tu n’es pas rien, j’aimerais te connaître, et je t’offre ça pour te le prouver. » On pourrait croire aisément qu’un vampire était toujours sûr de lui, après les nombreuses années passées au milieu des humains, cela aurait été tout à fait normal. Or, ce n’était pas le cas, pas quand on avait l’impression que le moindre geste de travers pouvait tout faire foirer, pas quand vous n’avez aucune envie de faire foirer quoique ce soit d’ailleurs. Quant il arriva devant l’immeuble de la Fée, l’heure à sa montre lui montrait 5 minutes d’avance, le chauffeur avait drôlement géré. Angelus venait tapoter son épaule pour le féliciter et profita pour regarder autour de lui, il y avait pas mal de circulations.

Avant de sortir et sonner chez elle, il avait pourtant quelque chose à faire. Son téléphone portable de sorti, un Blackberry bien entendu, il chercha un numéro dans son répertoire avant d’appuyer sur la touche d’appel. Le portable à son oreille, il attendit avant qu’on ne lui réponde. A l’autre bout, le gérant du restaurant «  Chez Antoine », Antoine Alciatore, un Loup-garou plus que raffiné. En quelques mots, Angelus lui expliqua la situation : Il allait venir ce soir, accompagné, il voulait évidemment une table au calme, un peu éloignée des autres, et surtout, il ne voulait pas qu’on l’appelle par son prénom, son rang, il préférait qu’on le serve comme un client tout à fait normal. Inutile de dire qu’Antoine ne comprit pas tout de suite, il allait sûrement faire tilt en voyant le Prince débarquer avec une femme à son bras, mais soit, il accepta sans poser de questions. La table était dés à présent réservée, et il préviendrait les employés de faire comme s’il n’était personne. Parfait. Un remerciement plus tard, la promesse d’une enveloppe à la fin du diner, et il raccrochait. Il lui restait deux minutes. Pourquoi ne pas sortir de suite ? Parce qu’il ne voulait pas qu’elle puisse croire qu’il était du genre à être en avance, pour rester dans la neutralité, il devait sonner pile à l’heure.

Une minute avant 8h. Angelus fit signe à son chauffeur d’attendre, il allait pouvoir chercher Lynn. Ouvrant la portière, il arrangeait une nouvelle fois sa veste en attrapant le bouquet de roses rouges, il ne savait pas trop ce qu’elle allait en faire, donc finalement, il le laissa dans la voiture, il le lui offrait après, et la petite boite aussi, celle la planquée dans une boite coincée dans le siège avant. Refermant la portière derrière lui, le Prince s’avança jusque l’immeuble afin de s’arrêter à la porte de ce dernier. Un dernier regard à sa montre : 8h pile. Il chercha des yeux le nom de la jeune femme sur l’interphone et y approcha son index pour sonner. Les lèvres pincées puis humidifiées, il observait les alentours en attendant qu’elle puisse lui répondre. Son attention fut ensuite accaparée par la voix qu’il entendait grâce à l’appareillage.

« C’est Liam, vous ne m’avez pas oublié ? »

Pas de réponse immédiate, juste un « J’arrive. » simple et court. Elle ne l’avait pas oublié, et encore moins leur rendez-vous. D’accord. Il allait poireauter ici sans rien faire jusqu’à ce qu’elle le rejoigne, sachant que les femmes étaient toujours en retard, il risquait d’attendre une dizaine de minutes. Se tournant vers la voiture garée de l’autre côté, il fit signe au chauffeur de faire le tour pour se placer sur le trottoir de l’immeuble afin d’éviter à Lynn de traverser la rue. Il était prévenant oui, il essayait de faire le maximum, parce qu’il n’était pas non plus très habitué à ce genre de situation plutôt délicate. Jouer le Prince froid et sadique, c’était facile, il laissait s’échapper ce qui faisait de lui un Vampire, jouer les Pères aimant, aussi simple, même si ses sentiments sonnaient toujours plus faux que vrais. Mais là, il se sentait comme un jeune premier avant son bal de promo, attendant d’avoir les yeux pétillants à l’idée de voir celle qui était censée faire battre son cœur de nouveau. C’était peut-être pitoyable pour certains qui appréciaient leur penchant vampirique pour sauter tout ce qui pouvait mettre des jupes et des collants, lui, il avait passé ce stade, et il cherchait autre chose. Quelque chose de bien plus fort, de bien plus intéressant, quelque chose qui pouvait se situer sur la durée, et il avait vu ce quelque chose dans les yeux de Lynn. Non pas parce qu’elle était le portrait craché de sa défunte femme, non, il avait eut le temps d’y réfléchir, mais parce qu’elle arrivait à faire s’échapper des sentiments humains qu’il avait cru trop longtemps enfouis. Il détestait cette part d’humanité, et lui avait dit adieu depuis longtemps, mais cela était toujours plaisant d’avoir des frissons et des sensations particulières en sa présence. Son attention fut alors attirée en direction de l’immeuble, un mouvement, elle était arrivée.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED




Dernière édition par Angelus L. Marsden le Lun 5 Déc - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Mar 29 Nov - 0:18


Le jour J. Odalynn avait eu une journée relativement remplie.. Elle avait dû prévoir le fameux diner sans pour autant faire la jeune femme pressée, ou même inquiète du déroulement. Étrangement, elle entendait encore Nahys grogner dans son coin, parce qu'elle estimait que sa sœur faisait n'importe quoi. Ce n'était pas vraiment ça ? Ca ne devait pas en être loin. Pourtant, la Fée avait prévu d'y aller, et rien ni personne ne l'empêcherait d'aller diner chez Antoine. Ce restaurant avait bonne réputation, ce qui voulait dire que le Vampire avait s gouts raffinés, un bon point pour lui. Après tout, Lynn se rappelait encore leur rencontre dans la salle de danse. Après ce défi qu'elle lui avait lancé, il aurait pu oser de multiple manière, encore en cet instant, alors qu'elle était devant sa glace, elle se souvenait de cette énergie singulière qui avait engourdit ses membres. Autant homme - vivant et encore plus mort - ne lui avait jamais fait cet effet. On aurait pu mettre cela sur le compte du danger de côtoyer un prédateur, mais non, ce n'était pas cela. Angelus avait passé le test dangereux - surtout pour elle - et particulièrement significatif durant leur corps à corps, il n'avait pas esquissé le moindre fait ou geste de travers. Il ne s'était pas laissé tenter par son sang. Une bonne chose. Une inspiration était d'ailleurs prise alors qu'elle fermait les yeux. Les choses auraient été différentes chez elle, très.. Enfin, là-bas, tout le monde la connaissait et savait qu'elle était la Reine, et n'osait donc pas se conduire comme avait pu le faire son cavalier d'un soir.

Réfléchissant à cette idée même d'être une humaine ordinaire aux yeux de tous, elle appréciait le tournant qu'avait pris sa vie et ne regrettait pas un seul instant la décision radicale - mais nécessaire - qu'avait pris sa vie. Arrêtée devant la grande baie vitrée de son appartement, elle observait la nuit siéger en tant que reine sur l'ensemble de la ville. Le visage se penchait sur le côté tandis que l'ombre d'un sourire se traçait sur ses lèvres légèrement maquillée. Sa robe attendait un peu plus loin, prête à être enfilée, pourtant, elle attendait encore un peu. Elle devait finir de se préparer. Il était d'ailleurs.. Quelle heure déjà ? Ah oui. 19h40. Elle avait largement le temps. Glissant les pas en arrière, elle se détournait du spectacle offert par la nouvelle Orléans pour en dénigrer les lumières éblouissante tandis qu'elle attrapait le cintre posé sur le lit, accompagné de la robe noire et longue. Des robes de soirées, ou distinguées, elle en avait, une multitude, aimant la nouveauté et surtout la diversité. Mais cette fois ci, elle avait préféré celle-là, simplement parce qu'elle lui semblait à la fois sobre et charmante. Non mais.. C'était vraiment un premier rendez-vous ? C'était un.. Diner. Cette simple idée de se retrouver à sortir avec un Vampire était invraisemblable, et encore plus avec un homme. Elle n'appartenait à personne, et elle n'appartiendrait jamais .. A personne.

C'était vite parler ? Ou pas. Lynn ne voulait pas voir les choses ainsi. Et pourtant, elle se retrouvait à déposer le peignoir qui l'entourait précédemment sur le lit pour enfiler la robe. L'attachant convenablement, elle attrapait de ses doigts un pan de la robe et s'arrêtait devant la glace où elle y avait laissé les talons hauts. Enfilant l'un puis l'autre, elle apercevait sa propre silhouette rehaussée, lissant le tissu soigneusement. Ses cheveux tombaient sur ses épaules sous la forme d'ondulation brune. Le maquillage léger et de jais, relevait l'améthyste de ses iris alors qu'elle constatait que tout était prêt, jusqu'à ses ongles manucurés. Inutile de dire que la fée ne laissait jamais rien au hasard. Être distinguée, ça se cultivait, un peu comme la culture.. Cultiver, la culture.. Blanc. Elle secouait le visage négativement avant de finalement se décider à ranger tout ce qu'elle avait laissé trainer en faisant ses choix. Cependant.. Il était 20h.

Il allait en retard ? Non, il avait oublié. Elle s'était laissé avoir, Liam n'avait fait que s'amuser avec elle. Enflure ! Elle lui ferait pay.. L'interphone. Nouveau blanc. Elle se calmait. Il ne lui en fallait pas beaucoup.. Avouons-le. Prenant le chemin de l'interphone, elle décrochait avec un simple « Oui ? ».. Volontairement contenu, mesuré et calme.. Voir même détaché. A ses mots, elle ne lui offrait qu'une réponse simple, un mot et un sourire qu'il ne pouvait pas voir, ni même deviner. Raccrochant le combiné, elle se rendait compte qu'un sourire de sotte ornait ses traits. Non mais non. Ce n'était pas le moment de réagir de la sorte. Secouant frénétiquement le visage négativement, pour le faire fuir, elle finissait par souffler un bon coup tandis qu'elle attrapait un manteau assortie à la robe, tout aussi noir. Elle n'avait pas envie d'attraper froid. Cintré, elle ne le fermait pourtant pas, laissant le décolleté a vu. Attrapant sa pochette, puis les clés, elle sortait de l'appartement en refermant derrière elle. Quelques pas étaient faits pour qu'Odalynn atteigne l'ascenseur. Bouton appuyé. Il ne restait plus qu'à descendre.

Arrivant en bas de l'immeuble, elle gardait dans une main sa pochette ainsi qu'un bout de sa tenue pour s'assurer de marcher convenablement. Il était aisé de constater que la Nightingale n'avait aucun souci quant à la démarche à adopter, ni à l'allure à présenter. Il était presque évident qu'elle ait fait cela toute sa vie, ou depuis toujours. Et le pire ? C'était que .. C'était le cas. Inspirant, elle ouvrait la porte pour sortir et apercevoir Liam.. Vêtu d'un costume. Il était bien loin de l'homme qui s'était présenté à elle, beaucoup plus élégant.. Terriblement plus élégant et toujours aussi séduisant, malheureusement pour elle. Un sourire s'esquissait contre ses lèvres alors qu'elle s'arrêtait à son niveau.

    « Bonsoir. Je ne vous ai pas trop fait attendre, j'espère ? » Polie. Elle l'était. Le contraire aurait été étonnant. « Et non, je ne vous ai pas oublié. Ravie de voir que vous non plus. »


Après avoir été enchantée, elle était finalement.. Ravie. Ça commençait bien, n'est-ce pas ? Cependant, Lynn ne lui offrait qu’un sourire charmant, pas l’ombre d’un baiser contre la joue ou au coin des lèvres, même si elle ne l’avait pas repoussé la première fois. Elle finissait, d’ailleurs, par descendre les quelques marches qui la séparait de la rue. Il n'avait plus qu'à la guider jusqu'à la voiture.

................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Mar 29 Nov - 16:21




Les azurs glissaient lentement en direction de la porte, la silhouette de Lynn se faisant alors voir. Il eut un bref moment d’arrêt, soit, elle était magnifique, et elle s’était mise sur son trente-et-un pour lui, pour leur rendez-vous, mais ce n’était pas ce qui avait soudainement fait s’arrêter toutes ses pensées. Non, la robe était vraiment la responsable du regard qu’il lui jetait, le décolleté était plongeant, pire encore, il retombait au niveau de son nombril, ou plus bas encore, il n’était pas trop certain, il n’y avait pas assez de lumière pour le dire. Le visage penché de côté, il commença à se demander pourquoi elle avait choisit cette robe, alors que pour un premier rendez-vous, il était persuadé que les femmes se mettaient en valeur mais sans pour autant être trop sexy, histoire de montrer sans le faire de trop non plus. Lynn était vraiment à la limite de la décence, et nombreux paires d’yeux se braqueront sur elle au restaurant, se rendait-elle compte que ce lieu était plein de Vampires et de Loups-Garous la plupart du temps ? Elle avait un manteau oui, mais si elle pouvait le refermer.. Histoire qu’il puisse avoir une conversation intelligente et qu’il n’ait pas qu’une seule idée en tête. La porte s’ouvrait, pas trop fait attendre ? Angelus secouait simplement la tête. Non non, et puis bon, la surprise était de taille, il pensait déjà au moment où il la ramènerait chez elle, pour ne pas passer pour un goujat, il faudra qu’il la raccompagne jusqu’à la porte de cet immeuble, mais après avoir passé une soirée complète dans son décolleté, il ne savait pas vraiment s’il arriverait à rester très gentilhomme.

Bref, qu’importe, il fallait garder contenance et oublier tout ce qui se trouvait sous son nez pour s’intéresser à la femme dans la robe, et pas seulement à.. Ouais. Un sourire esquissé en se reprenant, il lui tendit le bras pour l’aider à rejoindre la voiture. Pas de bisous sur la joue, même pas une poignée de main, au moins il était clairement établi qu’aucun contact autre qu’un simple bras n’était autorisé, du moins, il le prenait de cette manière. Une fois à côté de la berline, il lui ouvrit la portière pour qu’elle puisse s’installer sans dire un mot. L’intérieur était plutôt vaste, même si ce n’était pas une limousine, elle avait largement la place pour mettre ses jambes. D’ailleurs, elle pouvait voit le bouquet de roses rouges qui était posé à la place que venait prendre Angelus après avoir fait le tour. La portière fermée, il attrapait les fleurs pour les lui tendre.

« J’ai pensé que c’était un bon moyen d’être prévenant, histoire de ne pas venir les mains vides. »

Un bref regard en direction du conducteur, et ce dernier démarrait la berline pour prendre la direction du Quartier Français. Ils risquaient de prendre un peu de temps, il y avait tout de même de la circulation à cette heure-ci. Tant mieux d’ailleurs, parce qu’Angelus avait autre chose à lui offrir. Lui laissant le bouquet, qui allait rester dans la voiture jusqu’à ce qu’elle rentre chez elle d’ailleurs, il tendit la main vers la boite dans laquelle il avait planqué le petit coffret.

« Malheureusement, je n’ai pas pu en rester au simple bouquet de fleurs, j’ai trouvé ça un peu trop cliché, peut-être même un peu trop idiot. Alors j’ai eut une idée. »

Sortant la petite boite noire aux contours dorés, il venait à l’ouvrir pour montrer le contenu à Odalynn. Sur un petit coussin blanc se tenait un bracelet relativement fin, en argent et possédant quelques améthyste couplées à ce que l’on pourrait penser être des diamants. Oui, à première vue, c’était un bijou cher, mais au fond, elle ne pouvait pas savoir que ce n’était pas du toc, et pas du zircon. Il retirait le bracelet de sa boite pour lui faire signe de tendre son poignet. Pourquoi un bracelet ? Et bien, une bague était trop personnelle, un collier peut-être un peu trop pour un premier rendez-vous, et des boucles d’oreilles l’auraient obligé à retirer les siennes, alors, il avait choisit quelque chose qu’il était sûr qu’elle puisse porter quelque soit sa tenue.

« Je me suis dis que si à chaque rendez-vous, je vous offrais un morceau d’une parure, vous pourriez vous dire que je ne cherche pas seulement une aventure d’un soir. J’espère juste que vous le comprenez ainsi. Et vous n’avez pas le droit de refuser, il ne peut aller qu’à vous, j’ai fais en sorte que la pierre soit de la même couleur que vos yeux. »

Un petit regard qui signifiait tout et n’importe quoi, il lui attachait le bracelet au poignet. Il n’était pas trop voyant, mais pas discret non plus, tout était dans la finesse, et puis l’argent c’était bien contre les Loups-Garous, même s’il faisait confiance à son frère pour ne pas toucher un cheveu de la femme sur qui il avait jeté son dévolu. Il finissait d’attacher le bijou et observait rapidement par la vitre teintée, ils allaient bientôt arriver. Se raclant la gorge, il revint porter son regard sur Lynn, observant longuement sa réaction, espérant vraiment lui faire plaisir sur le coup. Un bijou et des fleurs, la totale, il manquait juste les clefs d’une voiture à ce stade. Mais à peine eut-il le temps d’ouvrir la bouche que la berline s’arrêtait devant le restaurant, aucune parole donc, il sortait de la voiture tandis que le chauffeur faisait de même pour ouvrir à Lynn. Il n’y avait pas grand monde ce soir, en plein dans la semaine, mais le restaurant était à moitié plein, cela se voyait de part les vitres qui montraient l’intérieur, question de transparence. S’il avait choisit ce restaurant, ce n’était pas seulement pour sa place auprès des créatures surnaturelles, mais surtout parce que c’était un Elysée, cela signifiait que les bagarres n’existaient pas, que tout le monde était poli, et surtout qu’il avait un contrôle total sur le bâtiment.

Il attendit que Lynn fasse le tour pour lui tendre son bras et prendre la direction des portes du restaurant. Dans le vestibule, un jeune homme distingué, un Loup-Garou, observait son livre de réservations. En premier lieu, il avait eut pour réflexe d’incliner la tête, mais il la releva bien vite pour montrer le restaurant, histoire de les accompagner à la table, mais non ! Il fallait vérifier d’abord les réservations. Le pauvre, il était paumé. Lynn pourrait mettre cela sur sa tenue, alors qu’en réalité, il n’avait pas trop l’habitude de jouer la comédie.. Il s’emmêlait un peu les pinceaux. Angelus marmonna alors son nom.

« Mordha. » Sans prononcer le « O », ou bien son autre nom. Il se comprenait. Le jeune homme faisait mine de regarder dans le registre avant de sourire et d’hocher la tête. Attrapant deux menus, il leur fit signe de passer devant lui en direction d’une table à l’abris des regards, au fond là bas. Angelus en profita pour regarder autour de lui, voir s’il ne connaissait personne, il y avait quelques vampires qui les regardaient passer sans réagir, ils passaient inaperçus, ou presque. Le jeune homme tira la chaise pour Lynn avant de lui donner le menu, il en fit de même pour Angelus qui s’était assis seul comme un grand.

«  Merci. » Son attention se reporta sur Lynn quand le jeune homme s’éloigna. «  Vous êtes déjà venue ici ? On m’a dis que le chef était un véritable Italien et que ses recettes étaient fabuleuses. Malheureusement, je ne peux qu’écouter les ouïes dires. » Il fit une pause avant de reprendre. «  Faites vous plaisir. »

En d’autres termes, c’était lui qui invitait, logique, donc elle pouvait y aller. L’avantage de ce restaurant était son côté entre-deux, il y avait des repas pour tous les goûts, les gens modestes ou un peu plus aisés. Antoine avait préféré attirer le maximum de clients, mais tout restait toujours dans le classe, même avec la petite musique qui sortait des baffes cachées quelque part dans le plafond. Angelus ne regarda pas la carte, il savait très bien quoi prendre, du sang, de l’AB-, et point à la ligne. Il savait d’où venait l’hémoglobine, vu que c’était son propre laboratoire qui en fournissait depuis déjà quelques années, donc il n’avait pas de soucis à se faire sur la qualité.

« Alors, je peux commencer par poser une question indiscrète ? Après tout, je serais plus serein d’avoir une réponse plutôt que d’espérer quoique ce soit de votre part. Vous avez quelqu’un dans votre vie ? Si c’est oui, donnez moi son adresse, que je puisse le tuer, histoire d’avoir mes chances. »

Et un nouveau sourire, c’était une blague.. Mais dis sur un ton égal, on aurait pas cru qu’il était entrain de plaisanter. Quoiqu’en réalité, il ne plaisantait pas, mais il essayait de faire passer ça pour une plaisanterie. La soirée commençait bien.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Mer 30 Nov - 22:12


Tenue qui contrastait avec son attitude, Odalynn avait l'habitude de mettre se mettre en valeur, sans pour autant se montrer trop.. Trop. C'était d'ailleurs ce qu'elle montrait par ses faits et gestes. L'absence de ce simple baiser qui aurait pu changer le cours de la soirée était parfaitement voulut. Après leur précédente rencontre, elle avait ressenti le besoin de contrôler bien plus de chose qu'il ne pouvait y paraitre. Elle craignait un pas de trop, simplement parce qu'il était un vampire, mais également parce qu'elle e le connaissait pas véritablement. Aller dans un lieu comme le restaurant dans lequel ils allaient se rendre, en tenue aussi.. Ouverte, marquait également qu'elle ne craignait pas le monde qu'ils allaient côtoyer, qu'ils ne pouvaient pas l'atteindre par une quelconque peur. Chaque attitude de la fée était presque calculée, bien plus par habitude que par autre chose. La maitrise de son image était une chose qu'elle avait apprise avec le temps et sa place qu'elle avait occupée pendant longtemps. Elle n'oubliait cependant pas qu'elle était dans un autre monde, où ses repères avaient été bouleversés plus d'une fois, cependant, elle avait appris à s'en forger d'autre, et sans le moindre mal. L'adaptation était une capacité étonnante et véritablement intéressante selon Lynn. Silencieuse, elle avait pris place dans la voiture, constatant qu'elle ne jurait absolument pas avec le décor que Liam avait planté. Charme et distinction. Il avait du gout, des manières et il n'était pas n'importe qui. Constatation qui avait une importance modérée, simplement parce que la fée n'avait pas été attirée par cela la première fois qu'elle l'avait vu. Mais bien plus par sa personne.

Les violines se portaient sur le bouquet de roses qu'il venait à lui tendre. Ses mains venaient l'encercler alors qu'elle venait y nicher son nez. Odeur qu'elle appréciait particulièrement, parfum qui lui rappelait son gout premier pour une fleur qui était majestueuse à bien des égards, un fin sourire se dessinait contre ses lèvres maquillées, elle redressait finalement son attention sur Liam à ses paroles. Ouvrant la bouche, elle aurait aimé ajouter quelque chose, mais finalement, il enchainait avec cette petite boite. Un sourcil se haussait, marquant son étonnement tandis qu'elle découvrait le bijou. Un bracelet. La pierre était remarquée en premier lieux alors qu'elle comprenait rapidement le lien avec son regard de la même teinte. Le sourire venait finalement à s'agrandir tandis qu'elle déposait le bouquet sur ses genoux avec précaution pour lui tendre son poignet. Les iris améthystes portées sur ce dernier, elle regardait les doigts du Vampire refermer l'attache autour tandis qu'elle se décidait enfin à sortir de son mutisme.

    « A mon sens, vous avez beaucoup de gout. Vous avez choisi mes fleurs préférées et un bijou réellement sublime. » Le fait qu'il ne cherche pas simplement une aventure d'un soir fit s'élargir son sourire tandis qu'elle se décidait à se pencher vers Liam pour glisser un baiser à la commissure de ses lèvres. « Si je n'ai pas le droit de refuser, je prends le droit de vous remercier. Alors, merci. »


Revenait à sa place, elle glissait ses doigts sur le bracelet pour en avérer la finesse tandis qu'elle se décidait à porter un regard bref sur les alentours. Ils étaient déjà arrivés. Sortant donc de la voiture après un moment de silence, elle nouait son bras au sien tranquillement. Pour ne pas abimer le bouquet de roses, elle avait préféré le laisser dans la voiture alors qu'elle s'avançait déjà en direction du restaurant. Hey.. Non mais, il comptait que ce ne soit pas le seul rendez-vous ? La parure, l'idée, lui revenait à l'esprit. Clignement de ses paupières, elle restait interdite pendant quelques secondes alors qu'elle continuait à se faire guider. La Nightingale entrait finalement dans le restaurant, entendant le nom prononcé par Liam. Mordha. Liam Mordha. Ce n'était pas très américain, il ne devait pas l'être. Et ce n'était pas non plus très courant. Un bref sourire poli d'adressé au serveur, elle prenait la direction de la table désignée pour y prendre place une fois que Liam eu tiré la chaise.

    « Merci. »


Ayant retiré préalablement son manteau, elle l'avait déposé sur le dossier de sa chaise. Jambes se croisant, tenue droite, par simple habitude, elle adressa un signe de la tête au serveur. C'était un nouveau signe de politesse alors qu'elle en revenait finalement à son vis à vis. Si elle était déjà venue ici ? Les lèvres se pinçaient pendant quelques secondes alors que ses violines passaient sur les alentours avant de se reposer sur le regard bleu du Vampire.

    « Non, je n'en ai pas encore eu l'occasion, mais j'en ai effectivement entendu parler. Je vois que sa réputation le précède, effectivement. J'en déduis que vous connaissez bien l'endroit, non ? »


Prenant la carte, elle l'ouvrait pour observer les différents intitulés. Choisissant en silence, elle se faisait presque indécise tandis qu'elle finissait par reposer le menu sur le côté. Surtout aux questions indiscrètes de Liam. Un rire amusé passait la barrière de ses lèvres, relativement discrètement alors qu'elle nouait ses mains devant elle.

    « Quelle question indiscrète. » Elle aurait pu être choquée par le fait de vouloir tuer un prétendu prétendant, mais non.. Elle n'avait trouvé qu'une chose à faire : En rire. « Il n'y a plus personne, il est déjà mort. Une grande perte pour chacun.. » Ca n'avait pas l'air vu le ton léger qu'elle employait. « Mais j'ai largement eu le temps de m'en remettre. Donc vous n'avez aucuns soucis à vous faire de ce côté-là. »


Le serveur revenait sur l'instant tandis qu'il demandait à chacun ce qu'ils désiraient tandis qu'Odalynn donnait son plat. Du saumon à l'oseille avec un accompagnement. Une fois chose faite, il repartait, laissant l'un et l'autre face à face. La fée finissait par regarder autour d'elle, afin d'aviser que les tables n'avaient pas d'oreilles. De la malice se laissait voir dans son regard alors que son visage se penchait sur le côté. Attention absorbée par les traits du vampire, elle reprenait donc le fil de leur conversation.

    « Dois-je craindre une quelconque prétendante ou sangsue dans votre dos ? Il se pourrait que je la fasse fuir.. Par inadvertance, je peux être un peu trop convaincante par moment. » Adorable. Elle était adorable.. Pour une garce. « Liam Mordha, je présume que ce n'est pas américain, je me trompe ? Ma curiosité m'appelle à vous demander votre pays d'origine. La question de l’âge viendra surement plus tard. »


C'était glissé tellement innocemment dans la conversation qu'on ne l'aurait presque pas senti venir. Presque. Mais avec le sourire qu'elle lui offrait, c'était une demande qu'on ne pouvait lui refuser. Ou presque pas. Chacun avait sa manière de fonctionner après tout.


................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Mer 30 Nov - 23:15




A défaut d’avoir eut le baiser sur sa joue au moment de la retrouver, il l’avait eut en remerciement dans la voiture, et il semblait avoir été ravi de l’impact de ses petits cadeaux, surtout que ces deniers étaient sincères. Angelus ne se permettait pas d’offrir des bijoux hors de prix à une femme de passage, ou une femme qu’il voulait simplement mettre dans son lit, inutile de dire qu’il ne se donnait pas tant de mal. Il était encore plus ravi de voir qu’elle acceptait ses présents sans rechigner, il aurait pu se vexer si elle avait refusé, mais ce ne fut pas le cas, alors qu’importe. Le restaurant donc, parfaitement installé, il se permettait de retirer sa veste pour la poser sur le dossier de son siège, entre l’ouverture de la chemise en haut, elle pouvait remarquer une croix pendouillant mollement, ce qui transformait les mythes vampiriques en grosse connerie pour gamin de douze ans. A présent à l’aise, il écoutait donc les réponses qu’elle avait à lui donner : Premièrement, elle n’était jamais venue ici, mais elle connaissait la réputation du lieu, normal, un Elysée était toujours calme et de bonne réputation, il faisait en sorte que rien ne vienne ternir l’image vampirique. Quant à sa déduction, elle était vraie, il ne mentait pas, et connaissait parfaitement bien le lieu, mais ne voulant pas s’étendre, il ne répondit que par un bref hochement de tête. Ce n’était pas ce qui l’intéressait le plus, non, ce que voulait savoir Angelus en priorité c’était de savoir si elle avait des prétendants qu’il devait évincer avant de tenter quoique ce soit. La surprise passa un instant sur ses traits, elle avait eut quelqu’un, mais il était mort, vu la manière dont elle prenait la chose, cela n’avait pas du être une relation très importante à ses yeux. Pour sa part, il ne se souvenait même plus à quand remontait son dernier vrai rapport semi-romantique ou sentimental avec une femme, sûrement bien trop longtemps. De part son statut, et puis accessoirement sa condition, il n’arrivait plus à s’attacher, ou se bloquait perpétuellement, blocage levé par sa rencontre avec elle d’ailleurs.

Se redressant à peine, il tournait le regard en direction du serveur qui venait chercher la commande. Il n’eut pas besoin de dire grand-chose, il prononça un « comme d’habitude. » bien assez équivoque. Il ne buvait rien d’autre que du sang d’un certain groupe, avec quelques épices par moment, cela dépendait de son humeur, mais sa boisson préférée allait être préparée par Antoine, il le savait très bien. Une fois le serveur parti, Angelus revint porter son attention sur la charmante demoiselle en face de lui, esquissant malgré lui un sourire à ses questions. Sangsue, elle avait un sens de l’humour si développé qu’il aurait pu en rire si cela avait été un tant soit peu drôle, c’était le nom que donnaient de nombreux humains aux vampires, et il n’appréciait pas forcément. Pourtant, il ne releva pas vraiment le terme employé. Puis, il tiqua légèrement sur le nom qu’elle lui donnait, il lui avait légèrement menti, enfin pas vraiment c’était une partie de son vrai nom, mais quand même. La laissant terminer, il gardait son sourire ancré à ses lèvres. Soit, il était drôlement curieux, mais elle l’était autant que lui finalement.

« Alors déjà, je n’ai aucune femme sur mon dos, pour la bonne et simple raison que j’ai autre chose à faire que de supporter des caprices quelconque. » Il marqua une pause avant de reprendre. «  La faire fuir par inadvertance, dois-je en conclure que si une jeune femme venait à s’accrocher à mes basques, cela ne vous dérangerait pas ? »

Ce n’était pas une sorte de piège, c’était une véritable question détournée pour essayer d’en savoir plus sur ses intentions à elle. Après tout, il avait été clair, de part son comportement et ses présents, quant à ce qu’il recherchait en l’invitant ainsi, mais elle, elle n’avait rien montré ni rien dit qui laissait supposer une potentielle ouverture, ou même le fait qu’il aurait pu la charmer d’une quelconque manière. En d’autres termes, Angelus avançait dans le noir total alors qu’il avait la gentillesse d’éclairer le chemin de Lynn. Enfin, c’était le rôle de tout homme non ? Ouais, il allait le prendre de cette manière là et pas autrement.

«  Ensuite, Liam Mordha n’est pas mon véritable nom. Enfin, Liam est mon deuxième prénom, et Mordha une partie de mon véritable nom de famille, avant que j’en change pour passer inaperçu au fil des siècles. » Il esquissait un sourire mutin. « Pourquoi je ne vous donne pas mon vrai nom ? Mh, pour garder le mystère, peut-être que je vous le dirais un jour Miss Nightingale. »

Encore de la franchise, expliquant bien évidemment qu’il n’avait pas menti, il s’était tout simplement gardé de balancer cartes sur table. Liam Mordha aurait pu être son nom, c’était une partie de son véritable nom, donc il n’avait pas abusé de sa confiance sur ce coup là, elle ne devrait pas trop lui en vouloir.

« Je suis Écossais d’origine, je suis né sur l’île de Iona, une minuscule île au Nord-Ouest de l’Ecosse. »

Sa voix avait légèrement baissé quant il se mettait à parler de son île, il y avait de nombreux souvenirs agréables là bas, comme de moins agréables à bien y regarder, mais il n’avait pas envie de s’appesantir sur ses origines, ce n’était pas quelque chose qu’il considérait comme d’une grande importance.

«  Vous savez, demander l’âge d’une femme ne se fait pas, alors je crois que demander l’âge d’un homme non plus, vous ne pensez pas ? Je ne suis pas sûr que le connaître vous apporterait la moindre information. »

Ce qui signifiait en somme qu’il ne comptait pas non plus le lui demander à elle, non, vraiment aucune importance. Le serveur revenait en montrant une bouteille de vin blanc, la dame avait pris du poisson, Angelus fit signe au serveur d’en placer dans le verre à vin d’Odalynn avant de poser la bouteille sur la table, elle pouvait se servir si elle le souhaitait. Une fois ce dernier parti, Angelus n’avait pas pris la parole tant que le jeune homme était encore dans les parages, il revint poser ses yeux sur Lynn.

« Alors, cela fait très longtemps que je n’ai pas eut de rendez-vous galant, et franchement, je ne suis pas très doué en ce qui concerne les potentiels conversations, j’aime beaucoup apprendre les choses par moi-même, je trouve cela très instructif. Mais tout de même, avez-vous des secrets cachés qui pourraient me faire fuir ? » Quoiqu’il n’y avait pas grand-chose pour le faire fuir en fait. « Ou vous préférez garder le mystère vous aussi, histoire de vous rendre encore plus désirable que vous ne l’êtes. Au fait, je suis un goujat, je ne vous l’ais pas dis, mais vous êtes délicieuse dans cette robe, passez-moi l’expression. »

Oui bon, délicieuse alors qu’il mangeait des gens comme elle, ce n’était pas vrai-ment le terme qu’il aurait dû employer, mais il faisait comme il pouvait. D’ailleurs, le serveur revenait pour poser l’assiette fumante devant Odalynn et un large verre à ballon contenant un liquide pourpre épais dans l’assiette vide d’Angelus qui humait lentement le parfum sanguin, très ferreux. Ce sang n’était pas un étrange mélange qu’il faisait dans son entreprise, non, il avait été prélevé peu de temps avant de servir, il était frais, et chaud à la fois, il sentait déjà le délice caresser ses papilles. C’était peut-être un peu déroutant de diner avec un homme comme lui, mais il ne semblait pas gêné de n’avoir qu’un verre comme repas, sûrement pas à son âge.

« Dites-moi, par habitude, les femmes comme vous sont : Soit attirées par les vampires pour leur argent potentiel, leur expérience, ou même par notre mythe légendaire quant à la question de faire grimper au rideau, soit elles ont une peur farouche de s’approcher d’un buveur de sang capable de leur tordre le cou pour quelques gouttes. Vous faites partie de la première catégorie ? » Il la taquinait, enfin il essayait.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Sam 3 Déc - 21:15


Odalynn avait la capacité inévitable d'user de légèreté quand il s'agissait de parler de son ancien mariage. Certes, elle ne l'avait pas qualifié ainsi, mais cela n'avait pas une réelle importance à ses yeux. Il fallait dire qu'il avait été plus.. Nécessaire que vital pour elle. Seulement, au bout d'un temps, certaines choses sont de moins en moins nécessaires quand elles ne sont pas vitales. L'équation était alors d'une simplicité alarmante. Angelus l'avait surement remarqué, et cela ne dérangeait absolument pas la Fée. Alors même qu'ils étaient entrés dans le vif du sujet, Odalynn ne cachait pas ce sourire qui ourlait ses lèvres. Il était curieux, et elle l'était tout autant. Concernant le terme de Sangsue qu'elle avait employé, ce n'était qu'une manière pour elle de désigner les femmes collantes. Le vocabulaire employé par les vampires n’était pas vraiment le genre de vocabulaire qu'elle employait tous les jours, alors forcément, la méprise pouvait être de rigueur, même si son vis à vis ne relevait pas. Alors même s'il levait un voile d'ombre pour rendre ses intentions un peu plus claires - note qu'elles l'étaient déjà -, la Nightingale penchait le visage sur le côté avant de finalement retenir un rire. Quelle question, il la prenait au piège, ou presque. S'offrant le temps de la réflexion, Lynn restait silencieuse un instant, donnant cette impression d'une hésitation, tandis que son regard jurait avec son attitude. Tout n'était qu'une histoire de contraste avec Elle, ni plus, ni moins. Inspirant, elle finissait par reprendre en baissant d'un ton, offrant l'esquisse d'une confidence.

    « Vous n'avez pas de chance, je suis capricieuse.. Il parait d'ailleurs, que mon second prénom aurait pu être « Caprice ». Le supporterez-vous ? » Blanc, elle enchainait après quelques secondes. « Evidement que je ne le supporterais pas. Il est rare que je fasse les choses par inadvertances. De ce fait, ma réponse semble aussi claire que la vôtre, quoique plus détournée. Je sais.. C'est relativement paradoxal. »


Paradoxal, c'était peu dire, mais ses paroles étaient accompagnées d'un sourire charmant. Il était honnête, elle l'était tout autant. Odalynn ne cachait pas son mauvais caractère, au moins, Liam ne pouvait pas dire qu'elle l'avait roulé d'une manière comme d'une autre. Plissant le nez, elle entendait ses paroles au sujet de son nom de famille.. Elle n'allait donc pas connaitre sa véritable identité ? C'était.. Intéressant, et peut être inquiétant, d'une certaine manière. Avait-il des choses à cacher ? Il devait être quelqu'un qui avait une certaine importance, mais qui ne voulait pas que l'on s'intéresse à lui à cause de ses acquis. Mh. Après quelques secondes de réflexions, la Fée comprenait relativement bien son choix. Après tout, elle n'avait pas lancé de but en blanc qu'elle était la Reine de Changelin.. Quoique cela aurait été un véritable suicide, en bonne et due forme. Non, honnêtement, non, elle ne pouvait vraiment pas se résoudre à dire qui elle était, et surement pas dévoiler sa nature. L'attrait pour le sang des fées pouvait surpasser une attirance, quelqu'en soit la force. Sortant alors de ses pensées, la Nightingale s'y plongeait à nouveau quand il parlait de ses origines. L'Ecosse. Elle n'avait jamais visité ce pays. Elle ne pouvait que présumer sur sa beauté.. Mais présumer, c'était mieux que rien.

    « Le mystère est une chose attrayante.. N'est-ce pas ? Et vous le savez. » Il était clair qu'Angelus jouait dessus, et Odalynn n'était pas dupe. « L'Ecosse doit être un joli pays, je n'ai pas encore eu l'occasion de le visiter. »


Pas encore, mais elle le ferait surement un jour. Voyager, elle aimait cela, plus que tout. Les découvertes avaient quelque chose.. D'exaltant pour le Changelin. Mais, bien plus que cela, Lynn avait remarqué ce changement de ton, qui s'apparentait également à la confidence, mais bien plus a quelque chose de personnel qu'a un quelconque jeu. Surement était-ce pour cela qu'elle préférait laisser de côté le sujet. Surtout que le sourire revenait de plus belle quand il était question de l’âge. Elle aurait bien aimé répondre, pourtant, elle ne le faisait pas, simplement parce que le serveur revenait avec une bouteille de vin. Observant le liquide versé dans son verre, elle remerciait d'un simple signe de la tête le Serveur avant de finalement à Liam. Maintenant, elle pouvait lui offrir sa réponse, n'est-ce pas ? Oui.

    « Demander l'âge d'un homme ne bouscule pas spécialement les convenances. Après tout, il n'est pas rare que l'on associe les hommes à un vin. Plus ils prennent de l'âge, plus ils se bonifient. Il faudra m'excuser le parallèle. Alors qu'on ne peut pas en dire autant d'une femme. » Un sourire amusé s'esquissait sur ses lèvres alors qu'elle reprenait après quelques secondes de silence, ses doigts venant enlacer le verre de vin, elle en humer le parfum. « Quoiqu'il en soit, j'ai en quelque sorte eu ma réponse. Vos yeux ne mentent pas.. »


Angelus avait laissé échapper qu'il avait dû changer de nom pour passer inaperçu au fil des siècles, alors.. Il était aussi vieux qu'elle ne l'avait pensé. Lui adressant un clin d'œil mutin, elle goutait le vin, une simple gorgée avant de finalement le reposer au moment où le serveur revenait avec son assiette. Cette dernière posée, elle remerciait - à nouveau - le serveur avant de finalement reporter toute son attention sur Liam. Violines portées sur ses iris d'eau, elle l'observait longuement. Est ce qu'elle avait des secrets ? Oh oui, beaucoup. Peut-être autant que lui, ou un peu moins, mais cela ne lui importait guère dans le fond, cela ne faisait pas qui elle était. Enfin, Odalynn partait de ce principe.

    « Je vous trouve bien assez doué pour avoir un rendez-vous avec moi. » C'était une bonne nouvelle, n'est-ce pas ? « Quant aux secrets, qui n'en a pas ? Seulement, je préfèrerais jouer la carte du mystère, parce que j'estime que rien ne vous fera fuir. Ils sont d'une importance relative.. Et puis, apprenons plutôt à nous connaitre. Ces instants de découverte sont uniques. » Le comble était qu'Odalynn pensait réellement que les instants de découverte dans une relation était essentielle. Alors.. Pensait-elle qu'ils avaient un début de relation ? Elle préférait laisser de côté cette question qui pouvait.. Fâcher sa raison au détriment de ses envies. « Merci. » Pour le compliment. « Même si l'on ne m'avait jamais qualifié de Délicieuse jusqu'à là. Bien d'autre qualificatifs étaient passés, mais pas celui-là. »


Oui, bon, il était clair que Lynn ne voulait pas servir de repas. C'était tout bonnement hors de question. Et puis, il avait le sien dans son assiette, ou dans son verre. Un coup d'œil rapide se posait dessus avant de se redresser. Rien de plus discret, parce qu'elle s'avait faire. Attrapant ses couverts, elle les inversait, par simple manie. Il n'avait pas été rare que ses parents ou ses précepteurs s'arrachent les cheveux en la voyant faire, mais elle préférait. Portant ses violines sur le poisson sans pour autant penser à ce souvenir qui n'avait pas réellement d'importance, elle écoutait les paroles d'Angelus et.. Pour le coup, il avait gagné l'attention de la Fée. Elle s'arrêtait dans tout mouvement avant de finalement laisser échapper un rire. Pas de moquerie, rien que de l'amusement. Diable qu'il était réducteur. Entre le fait de voir les femmes comme des éternelles capricieuses - manque de bol, elle en était une - et maintenant rangées en deux classes distinct, il y avait de quoi mal le prendre. Ce que ne faisait pas la Nightingale, simplement parce qu'elle ne s'y retrouvait pas. Ni plus, ni moins.

    « J'aurai pu m'offenser si je m'étais retrouvé dans votre classement sommaire de la gente féminine. » C'était dit tellement gentiment.. Non, en fait, elle était réellement amusante. « L'argent ne m'intéresse pas, mon expérience me suffit.. Et a tous les niveaux, et je n'ai pas peur. Qu'en déduisez-vous ? Que je suis un ovni ? » Ça pouvait être une idée. « Je tiens assez à mon sang pour ne pas accepter qu'on vienne le gouter, mais je ne crains pas les vampires qui s'y hasarderaient.. Parce qu'ils ne le feront pas. » Elle avait le mérite d'être sûre d'elle. « Dites-moi, dois-je m'intéresser de plus près au mythe qui vous entoure ? Ou le laisser de côté ? »


C'était une simple question, autant sur le ton de la taquinerie que pouvait l'être la question de Liam. Chacun son tour ? C'était presque ça. Goutant le poisson, elle n'oubliait pas de lui souhaiter un bon appétit. Simplement parce qu'elle était pleine de manière, sans jamais en faire trop. La preuve en était, elle était capable de faire du rentre dedans sans jamais perdre ses moyens, et encore moins rougir. Après sa première bouchée, elle finissait par reprendre.

    « Sa réputation est fondée. » Pour le restaurant. C'était une parenthèse qu'elle avait vite fait de laisser de côté avant de reprendre. « Pourquoi avoir voulu être absolument dans mon cours de danse ? Vous n'avez pas trouvé mon nom au hasard dans l'annuaire, je présume. »


................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Sam 3 Déc - 22:30



Particulière, non, pas capricieuse, juste particulière, c’était le mot qui hurlait dans le crâne du vampire. Au fil du temps, il en avait rencontré des femmes, de tous les horizons, il avait tenté de séduire certaines, mais la plupart du temps, la facilité l’ennuyait. Il avait été l’amant, l’amour, l’âme sœur de nombreuses femmes sans que cela ne soit réellement réciproque. Quelques semaines à peine, et il passait à autre chose, complètement décalé quant il s’agissait de s’enfoncer dans la réalité, et puis, une fois sur deux, il finissait par les tuer pendant l’acte, sans forcément s’en rendre compte, laissant juste la bête et tout ses ressentis faire le travail à sa place. Il n’avait plus compté le nombre de matelas qu’il avait dû changer. Quand il avait croisé le regard de Lynn, il avait su, comme si une certaine magie s’était opérée, il avait su qu’elle serait différente des autres, il avait su qu’elle ne l’ennuierait pas et surtout, il avait senti cette piqure infime qui s’était plantée dans son être tout entier. Son âme, si tant est qu’il en est une, avait été attirée, irrémédiablement. Le visage penché, il attrapait la serviette à côté de son assiette pour la poser sur ses genoux, il avait de bonnes manières, même s’il n’avait pas été élevé de la sorte de son vivant. Son Sire adoptif avait fait le travail, transformant une bête en un cruel prédateur intelligent. Un bref regard par-dessus son verre, un sourire évocateur qui en disait long, s’il ne supportait pas les caprices, il ne serait pas assis en face d’elle. Et puis, tout dépendait des caprices. Il y avait une différence entre les cris d’une femme qui en avait marre de le voir regarder ailleurs, ou souhaitait un nouveau bijou, et les caprices fondés d’une autre. Non ? Se mordillant les lèvres, il secouait légèrement la tête sans lui répondre.

Ses doigts s’accrochèrent au pied du verre à ballon pour le ramener près de son nez, il humait une fois encore les saveurs chaudes qui se dégageaient du sang qui glissait à présent entre ses lèvres. Fruité, une douce saveur, le sang était aussi comme du vin, on pouvait se concentrer pour en connaitre la provenance, la maturation, et ce qui le constituait. Celui-là ne venait pas d’Amérique, mais d’un pays plus chaud, avec des saveurs exotiques, mais légères, comme si elles étaient coupées avec quelque chose de plus fort, un arrière goût plus posé, fiable. Il reposait le récipient sur l’assiette vide sans avoir relevé les yeux vers elle. Vu le comportement et la manière qu’il avait eu de parler de son pays, il n’allait pas en dire plus, si c’était un joli pays à visiter, il était plutôt d’accord au vu de son expression plus ou moins calme et posée. Quant au mystère, il le conservait plutôt bien en refusant de répondre à certaines de ses phrases, du moins, pas oralement. Angelus était persuadé qu’un regard pouvait en dire long, et le sien était rempli de curiosité, mais aussi d’une certaine dose de fourberie, tout autant de malice. Il n’avait visiblement pas d’arrières pensées grotesques, ou alors, il le cachait plutôt bien.

Puis, ce fut le rire, franc, qui fit tourner quelques regards dans leur direction. Les hommes se bonifiaient avec le temps comme le vin, à son stade, soit il était particulièrement bon, soit il était à la limite de la décrépitude. Il préférait voir le côté positif de son grand âge. Passer le millénaire. Peu de vampires y étaient arrivés, il n’en connaissait qu’un seul, celui qui l’avait recueilli, tous les autres avaient passé l’arme à gauche. Suicide, meurtre pour une question de pouvoir, tout était bon pour tuer un Ainé. Angelus ne craignait pas pour sa non-vie, pour la bonne et simple raison qu’il avait su s’entourer convenablement, et qu’il n’était pas devenu aigri, mélancolique ou trop dérangé avec l’âge. Il vivait avec son temps.

« Et bien, je n’avais jamais entendu cette comparaison, même si j’aurai dû. Mais en tout cas, si elle est vraie, je vais me sentir personnellement flatté par cette remarque. Et je me doute que vous ayez eu une réponse, enfin, en partie. Je peux avoir deux cents ans, peut-être cinq cents. Qu’est-ce que ça change ? J’aurais un jour de plus demain. L’âge est une donnée inutile dans ma condition, on finit par oublier nos anniversaires. »

Il n’avait pas forcément oublié le sien, parce qu’il cherchait toujours à se raccrocher à la réalité. Mais cela faisait déjà un bon moment qu’il ne mettait plus de bougies sur son gâteau, en trouver plus de mille deux cents était impossible, et alors les mettre sur un gâteau, encore plus. Attrapant de nouveau son verre, il en bu une gorgée alors que son regard s’éclaircissait légèrement avant de se faire voiler par ses paupières. Il avait eu raison de se nourrir en sa présence, il ne ressentirait pas le besoin de sang, et même s’il était plutôt doué pour le contrôle, il n’en restait pas moins un Damné, un animal qui ne cherchait qu’à tuer pour assouvir un besoin simplement vital. Passant sa langue entre ses lèvres pour récupérer le sang laissé là, le récipient revenait se poser devant lui. Un bref regard sur le repas de Lynn, qui ne lui disait plus rien depuis longtemps, même les odeurs étaient par moment écœurantes. Le goût n’avait plus de sens pour lui, ses papilles attendaient quelque chose d’autre qu’un peu de sel ou de poivre, ou d’oseille d’ailleurs.

«  Nous sommes deux à vouloir jouer la carte du mystère. Le seul problème étant que, ne pas connaître la personne qui vous ramène chez vous en pleine nuit peut s’avérer hautement dangereux. Evidemment, je parle plus de moi que de vous, mais vous l’avez parfaitement compris. Et puis, la question de la fuite était parfaitement rhétorique. »

La seule chose capable de le faire fuir était l’engagement, même à son âge, il fuyait les « je t’aime », « on vit ensemble », comme on pouvait fuir la peste à une période. Pourquoi ? Il n’en savait rien. Il voulait aller plus loin avec elle, apprendre à la connaitre, mais sans doute pas au point de lui faire des confidences sur l’oreiller, pas pour le moment en tout cas. Elle était charmante, et il était attiré vers elle, mais cela s’arrêtait là, et il ne voulait pas donner plus de suite à ces sentiments qu’il ressentait à cet instant. La serviette attrapée sur ses genoux, il s’essuyait les lèvres avant de la reposer. Un sourire amusé ourlant ses lèvres à sa remarque sur le terme qu’il avait employé. Délicieuse. C’était un mot qu’il appréciait, surtout pour les différents sens qu’on pouvait lui donner. Il ne comptait pas la « goûter », il n’était pas de ce genre là, elle ne risquait pas de le voir la bloquer à un coin de rue pour la vider de son sang, ou en prendre quelques gouttes, il était tout de même plus distingué que cela.

Mais la suite était bien plus intéressante que le reste de la conversation selon lui. Le classement sommaire le fit sourire de nouveau, il aimait mettre les gens aux pieds du mur, mais il aimait encore plus les tester sur des terrains glissant. Odalynn était une pierre parfaite, en haut d’une pente, elle roulait toute seule jusqu’en bas, même pas besoin de la pousser. Le pire était sûrement cette certitude qu’elle avait d’être en sécurité, ce qui faisait tiquer le vampire. Il l’avait croisé dans le Marché Surnaturel, elle n’était donc pas humaine, ou elle l’était mais avait des liens privilégiés avec le surnaturel. Peut-être bien assez de liens pour se sentir en sécurité, pourtant, Angelus n’arrivait pas à se dire qu’il pouvait y avoir plus dangereux que lui. Il avait les bras longs, il était bien plus puissant que les vampires ou autres saloperies qui trainaient dans le coin. Même les Mages ne le regardaient pas de travers, ou bien ils finissaient dans sa cave transformés en caniche pour les faire se reproduire avec ses deux Doberman des Enfers.

Ouvrant la bouche, il la referma d’un coup sec quand elle se mit à parler du restaurant et de sa réputation. Elle changeait de sujet comme de chemise, mais cela ne fonctionnait pas, jamais avec lui. Une légère moue teinta ses traits, il lui souhaita un bon appétit à son tour et il avala d’une traite le reste de son repas, non pas qu’il avait soif ou qu’il était pressé, mais le sang ne restait pas longtemps frais et encore moins chaud. Il coagulait aisément en dehors du corps qui devait le garder potable. Une fois fait, il plissa les yeux pour enfin prendre la parole, d’un ton plein de taquinerie.

« Alors, commençons par le début, vous voulez bien ? Je ne vous considère pas comme un ovni dans ce cas, mais comme une femme intéressante qui pique ma curiosité à vif. » Posant son coude sur la table, sa main dansa légèrement dans les airs. «  Ensuite, loin de moi l’idée de mettre en doute votre parole, mais vous semblez bien sûre de vous quant à la sûreté dans laquelle vous vous placez. Ici, on ne peut être sûr de rien.. Non ? » Le dos de sa main entrain en contact avec sa joue, histoire de soutenir un peu sa tête. « Quant au mythe.. » Il esquissait un sourire adorable. « Je ne suis pas du genre à me vanter, donc je ne vous dirais pas s’il est fondé ou non, le seul moyen de le savoir est de l’apprécier pour pouvoir ensuite le juger. Pour revenir à la comparaison avec un vin, tant que l’on a pas trempé ses lèvres, on ne peut pas dire s’il est de bon goût ou à jeter à la poubelle. Bien entendu, loin de moi l’idée de vous lancer la moindre invitation à rejoindre mon lit, je suis plus subtile que cela, et je n’en attends pas moins de vous. Peut-être aurez-vous un avant goût ce soir, si tant est que le diner se finisse bien, que je vous ramène devant votre porte, et que je vous embrasse au clair de lune. Comme dans ces films romantiques que l’on voit l’après-midi. » Blanc. «  Je suis bien heureux de vivre la nuit. » Il dégageait sa pensée d’un geste de la tête, venant s’appuyer au dossier de son siège. «  Mais je ne fais pas de prévision, après tout, l’inconnu est beaucoup plus excitant non ? »

Et le regard qu’il lui lançait était bien assez équivoque. Bien entendu, il pouvait mettre ses « menaces » à exécution ce soir, il pourrait très bien tenté une quelconque approche, après tout, quel homme inviterait une femme à diner juste pour avoir une conversation avec elle ? Peut-être que, au fond, Angelus était comme tout ces autres, uniquement intéressé par une partie de jambes en l’air sans intérêt, elle n’en savait rien.

«  Non, je n’ai pas trouvé votre nom dans l’annuaire. Mais si je vous explique la manière dont j’ai réussis à suivre votre piste, vous allez me prendre pour un psychopathe, au mieux un dérangé. » Mais ce n’était pas ce genre de choses qui semblaient l’arrêter. « J’ai demandé à quelques amis de trouver des informations sur vous, c’était assez compliqué, vu que je n’avais que votre visage comme information. Mais savez-vous que vous êtes la seule femme aux yeux améthystes en Louisiane ? Votre étrange et surprenant regard vous a trahis. Et ces amis m’ont transmit quelque petites choses sur vous, votre travail, votre adresse, votre date de naissance, et votre situation familiale, célibataire. J’étais ravi. »

Cash pistache, comme si c’était tout à fait normal d’aller chercher des informations sur une femme qu’il avait juste croisé dans un endroit.

« Mais avant de me traiter de psychopathe, dites-vous qu’il fallait que je vous revois, et que je ne recommencerais plus, je vous le promets. »

Il levait sa main pour la poser sur son cœur, un peu mort, mais quand même. Il faisait même un signe de croix sur ce dernier, histoire de lui prouver qu’il était sincère. Il n’avait pas eu besoin d’en savoir plus, juste le minimum syndical pour une approche quelconque afin de l’inviter un soir. Il aurait pu l’emmener au bowling, ou au cinéma, mais il avait préféré quelque chose de moins amical, de moins intime, un truc plus traditionnel, un diner en somme.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Sam 3 Déc - 23:28


Chacun avait sa manière de se nourrir, et un repas qui n'attirait que ses papilles et jamais celles de son vis à vis. Ajoutons que le sang n'était pas un nectar qui plaisait à la Fée, loin de là. Mais elle ne s'en occupait pas vraiment. La discussion qu'elle avait avec Angelus était bien plus importante à ses yeux. Silencieuse, l'éclat de rire la fit sourire en retour alors que ses violines l'observaient pendant quelques secondes. Une autre bouchée de son poisson, elle posait un couvert pour attraper le verre de vin. Porté à ses lèvres, elle en buvait une gorgée de manière on ne peut plus sereine. Une fois ce dernier reposé, elle reprenait sa fourchette pour reprendre tranquillement le cours de son repas. Il était certain que Liam n'avait rien du vieux vampire aigri, ce qui était un avantage certain. Même avec son âge, Odalynn aurait pu être plus sage, plus.. Beaucoup plus tout. Mais elle restait elle-même, cette jeune femme capricieuse et surtout malicieuse. Quoique pour le moment, le Vampire n'avait pas eu trop loisir de voir cette face de la Fée, c'était tant mieux pour lui, d'une certaine manière. Et puis, il semblait apte à le supporter, alors c'était surement le mieux. La comparaison avec le vin était à nouveau de mise alors qu'elle adressait un regard à Angelus avant de finalement hausser les épaules. Ça n'avait pas d'importance, certes, mais c'était tout de même intéressant selon le Changelin. Elle aimait savoir avec qui elle dinait, et cela passait également par son âge. Il fallait avouer que c'était une constante qui avait son importance. Enfin, Lynn allait tout de même survivre à ne pas connaitre son âge à l'année près.

    « Mh.. C'est tout de même triste d'oublier ses anniversaires. J'apprécie les miens. » .. Même au bout de 715 ans, mais cela, elle se retenait de le dire. « Mais je sais ce que vous allez me dire : On ne peut comparer nos deux anniversaire, et je n'en doute pas. De toute manière, ce n'était que de la curiosité, ni plus, ni moins, rien qui ne m'empêche de m'en remettre dans la minute. »


Nouveau haussement d'épaule alors que le regard illuminé de malice restait sur son vis à vis, elle continuait de manger son poisson tranquillement, le savourant sans réellement se presser. Les réactions du vampire vis à vis de son propre repas étaient vaguement observées, sans aucune instance alors qu'elle ne faisait qu'attendre la suite de ses propos qui venaient aussi rapidement. Un coup d'œil circulaire était jeté sur les alentours, sur le peu de monde occupant le restaurant avant de finalement se reporter sur le regard de Liam.

    « Si vous aviez voulu me faire du mal, vous n'auriez pas pris la peine de m'inviter à diner en m'offrant de beaux présents. Et surtout.. Si vous n'étiez pas capable de vous contrôler - puisque vous semblez vous considérer comme dangereux, ce dont je ne doute pas, soit dit en passant. - notre première rencontre aurait fait de mal une poupée de chair vidée de son sang. » Ni plus, ni moins. Elle mangeait à nouveau une bouchée avant de reprendre. « Enfin, je ne suis pas inconsciente, bien loin de là. Seulement, je préfère voir en vous un homme qui m'a invité à diner plutôt qu'un buveur de sang. Ce serait réducteur, et surtout.. Ce genre d'étiquette, on peut s'en passer. Après tout, les étiquettes sont faites pour les canettes. » Blanc. « Je ne sais plus où est ce que j'ai entendu ça. Après, dites-moi si je fais fausse route, je suis toute ouïe, je commencerais à préparer un plan pour ma future fuite. »


En parlant de fuite, Angelus pouvait se rassurer - même s'il ne le savait pas encore - parce qu'Odalynn ne risquait pas de lui demander de l'épouser et de vivre avec. L'engagement, ce n'était pas son.. Truc. Non, elle avait testé, en était revenue et s'en passait très bien. Un diner n'entrainait pas des fiançailles, sinon, la situation aurait été grandement problématique. Or, les problèmes, la Nightingale préférait s'en passer. D'ailleurs elle s'occupait de finir son assiette, laissant toutes ces pensées de côté. C'était une bonne idée.

Lèvres qui retenaient la fourchette pendant quelques secondes prisonnière, elle observait de ses violines son vis à vis. Commencer par le début, il pouvait bien le faire, il paraissait que c'était bien mieux que de commencer par la fin. Un hochement, un simple signe de la tête, elle l'invitait à continuer sur sa lancée tandis que le couvert était déposé soigneusement sur le côté de l'assiette. Les mains se nouaient ensuite sur le bord de la table alors qu'elle avait préalablement déposé la serviette qu'elle avait posée sur ses genoux. Une fois chose faite, elle écoutait en ne faisant que hausser un sourcil. Perplexité ? Curiosité ? Etonnement ? Bonne question. Quoiqu'il en était, elle restait silencieuse le long de ses paroles, comme si elle attendait simplement qu'il en ait finit. Odalynn ne semblait pas perdre son aplomb, pas même quand Liam lançait des.. Comment est-ce que l'on pouvait appeler cela ? Des .. Provocations voilées. La subtilité était un art qui se mêlait royalement à la provocation, surtout dans le cadre de leur rencontre. Se décidant d'ailleurs à répondre, toute expression avait quitté ses traient pendant quelques secondes avant de finalement laisser un sourire s'esquisser sur ses lèvres.

    « Je pique votre curiosité ? Pourquoi donc ? » C'était une question comme une autre. « Et non, on ne peut être sûre de rien. Mais ma question est de savoir si vous souhaitez m'inquiéter ou simplement me mettre en garde ? Mh ? » Il ne semblait pas que l'une ou l'autre des solutions étaient viables dans le cas d'Odalynn, simplement parce qu'elle semblait toujours aussi détendue. Et oui.. Le Mythe. Son sourire s'agrandissait alors qu'elle enchainait. « Je dirais que j'attends de voir, même si je vous rejoins sur le fait que l'invitation n'aurait pas été subtile, d'autant plus que ce n'est pas vraiment.. Convenable, dès le premier rendez-vous. » Oui, elle avait plus de classe que cela. Finalement, un léger rire passait la barrière de ses lèvres. « Dieu merci, je ne regarde pas souvent la télévision. » C'était peut-être pour cela qu'elle ne connaissait pas l’Angelus qui se cachait derrière le Liam. « L'inconnu et la découverte, effectivement.. »


Ses derniers mots étaient laissés en suspens, de manière volontaire. Le ton y était également alors qu'elle restait sourire. Une lueur de malice passait dans son regard alors qu'elle prenait son verre pour le porter à ses lèvres. Une gorgée était bue alors qu'elle le terminait. Récipient de posé sur la table, Lynn plissait légèrement le nez en entendant les mots d'Angelus au sujet .. D'elle finalement. Il l'avait trouvé en faisant des recherches sur elle ? Oh, ce n'était pas une bonne idée de faire cela avec la Nightingale. Elle nouait ses mains sur la table en laissant son dos se poser contre le dossier de la chaise.

    « Je ne suis pas dans l'annuaire. Or, vous connaissiez mon nom, mon adresse, sans que je ne vous aie rien dit, donc, je l'avais compris. » Il en avait des amis, pour la trouver. Haussait un sourcil, Odalynn reprenait ensuite. « Je ne me cache pas, alors, cela ne me dérange pas que mon regard me trahisse. » Surtout qu'elle pouvait le dissimuler, mais elle ne le voulait pas. C'était tout simplement hors de question. « J'espère bien que vous ne recommencerez plus, sinon, je pourrais vous qualifier pour de bon de psychopathe. » Une esquisse de sourire passait contre ses lèvres alors qu'elle enchainait. « Quoiqu'il en soit, nous ne sommes pas sur un pied d'égalité, ce qui n'est pas juste. Je ne connais pas votre véritable nom, ni votre travail, votre adresse, votre date de naissance. A vrai dire, je ne sais qu'une chose : Vous êtes célibataire. »


Elle aurait bien ajouté qu'avec ce trop peu d'information, il n'allait pas passer le seuil de la porte de son immeuble. Mais surement qu'il s'en doutait bien. Lynn avait la véritable impression de ne pas connaitre son vis à vis alors que l'inverse n'était pas vrai. L'avantage était qu'il ne connaissait que des informations inutiles, mais cela n'excusait pas son geste.

    « Je ne me suis pas trompée, c'était bien vous au marché. »


Il pouvait être cash pistache, elle l'était tout autant. Cette sensation la reprenait aux tripes, celle de leur première rencontre, puis de la seconde. Une sensation qu'elle haïssait, et bien plus parce qu'elle se gonflait de plus en plus dans son for intérieur tandis que lui.. Lui, finalement, il ne jouait carte sur table que pour ce qui l'arrangeait, ni plus, ni moins. Mauvais point pour Liam.


................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 0:32



Les yeux glacés posés sur elle, Angelus l’observait manger sans pour autant le faire, il savait que c’était quelque chose qui n’était pas forcément appréciable, et assez dérangeant d’ailleurs, donc il faisait l’effort de ne s’intéresser qu’à elle quand elle ouvrait la bouche. Elle aimait ses anniversaires donc ? Il n’avait pas dit qu’il n’aimait pas vraiment les siens, mais pour Angelus c’était plus compliqué. A l’époque, sur une île en Ecosse, loin de tout, le calendrier, ce n’était pas trop cela. Il connaissait l’année de sa naissance, mais il avait instauré le jour et le mois bien plus tard, juste parce qu’il aimait une date en particulier. Dans ce sens, ses anniversaires n’avaient été que des grandes mascarades, et puis, fêter une année de plus, au bout d’un moment, ça commençait franchement à peser. Mais il ne disait pas un mot pour le moment, vu qu’elle lui expliquait ce qu’il était censé dire, ou ce qu’il devait dire. Elle avait tord, il ne voulait pas faire en sorte qu’il n’y ait pas de comparaison, il savait bien que ce n’était qu’une simple curiosité, mais bon, si elle voulait vraiment connaître son âge, sa date de naissance et son numéro de sécurité sociale - qu’il avait en plus -, aucun problème, il pouvait bien le faire. Le mystère d’accord, mais si elle avait besoin d’un état civil pour avoir confiance, il le ferait. Alors, il marmonna simplement, d’un air plus ou moins gêné.

« Disons qu’à l’époque où je suis né, le jour et le mois comptaient peu. Donc bon. »

C’était un beau résumé de sa pensée profonde. Les mains finalement posées sur la table, enfin au moins une, il plissait les yeux en tentant vainement d’analyser sa manière de penser. Elle n’avait pas tord sur le fait qu’il ne prendrait pas la peine de lui payer à diner pour la bouffer juste après, c’était un peu ridicule, au moins, ses gestes collaient avec ce qu’il ne voulait pas faire. Et la suite fut plus une surprise qu’autre chose, elle était bien la première femme qui oubliait son côté vampirique au profit de son côté humain, ou quelque chose s’en rapprochant. Lui-même ne s’était jamais considéré comme un homme à part entière, parce qu’il était fier de ce qu’il était, bien qu’il avait eu beaucoup de mal à l’accepter au début, et parce qu’il se considérait proche de l’humain autant que d’un phoque sur une banquise, pour dire à quel point il n’en avait rien à carrer de ce qu’il renvoyait. Non, il était un vampire, point à la ligne, il se contentait très bien de ce fait. Alors, pour la première fois depuis le diner, il ne savait trop que dire, elle n’avait pas tord, les étiquettes sont faites pour les canettes et pas pour les gens, il l’avait dit pas mal de fois d’ailleurs à la téloche, c’était son expression favorite. Un sourire bref étira ses lèvres d’ailleurs, ils étaient plus similaires qu’il ne le pensait, ou même qu’elle ne le croyait. Le visage légèrement secoué, il reprit d’un ton égal.


« Vous ne faites pas fausse route. Je vous le répète, je ne compte pas vous égorger ou vous prendre pour diner, j’ai déjà mangé de toute manière. Et puis, si vous ne me faites pas confiance, il suffira de refuser ma prochaine invitation, je comprendrais. »

Ce ne serait pas la première fois, donc il ne se vexerait absolument pas si elle se déciderait de ne plus le voir, même s’il s’en sentirait plus abattu qu’autre chose, mais là étaient des sentiments qu’il ne montrerait jamais, parce qu’il ne comptait pas montrer le moindre signe d’attachement. Il jaugeait les expressions de son visage comme s’il marquait au fer rouge sa mémoire, qu’il cherchait à photographier le moindre de ses mouvements, la moindre petite chose qui pourrait lui donner une piste. Sur quoi ? Il n’en savait foutrement rien en fait, cela n’avait rien à voir avec ce qu’elle était ou qui elle était, mais plus sur ce que ce moment signifiait, c’était tout bête, tout con, et franchement ridicule, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Soit, un diner restait un diner, pour apprendre à connaître l’autre, voir si l’on ne s’était pas trompé, voir s’il y avait des atomes crochus. En fait oui, c’était ça qu’il cherchait à savoir et comprendre, s’il était sur la bonne voie en passant du temps avec elle, et pour le moment, il n’était pas déçu.


«  Et bien votre comportement est curieux, il ne rentre pas dans les normes. Donc je me demande où vous vous situez, à moi que vous n’êtes pas du genre à être mise dans une case prédéfinie. »

Il avait vaguement compris qu’elle n’était pas comme toutes les autres, et sa phrase suffisait à le lui faire comprendre. Puis, les épaules haussées, il lui laissait le soin de choisir entre l’inquiétude et la mise en garde, c’était un peu des deux après tout, mais pas forcément contre lui, là était toute la nuance. Le reste de ses paroles fut appuyé d’un sourire amusé, elle avait vraisemblablement compris comment il fonctionnait, ou en partie du moins. Malheureusement, les choses n’allaient pas forcément aller aussi bien qu’en début de soirée. Angelus considérait qu’il devait toujours jouer cartes sur table, ou en partie, il était important de ne pas commencer à se connaître via des mensonges. Elle avait voulu savoir la manière dont il l’avait trouvé, il le lui avait dit, sachant pertinemment qu’il allait sans aucun doute se prendre un revers. Il s’était plus attendu à ce qu’elle se lève, complètement outrée, lui mette une baffe et s’en aille la tête haute. Elle avait un caractère bien trempé à première vue. Mais non, non, la tête penchée de côté, il l’observait longuement, sans une seule fois détourner le regard, attendant patiemment qu’elle ait finit de parler pour hocher la tête d’un air plutôt entendu. Soit, il était d’accord sur ce fait : il en savait plus qu’elle, parce qu’il avait fait des recherches. Elle ne s’était pas demandée une seule seconde que s’il ne l’avait pas fait, il n’aurait jamais débarqué à son boulot et ne l’aurait pas invité au restaurant ? Elle ne s’était pas posé une seule fois la question que s’il avait été vraiment dérangé, il l’aurait attendu devant chez elle comme un gros pervers ?

Angelus observa rapidement autour de lui, un vampire qu’il connaissait, un signe de tête et ce dernier en fit de même avant de reprendre son repas là où il l’avait laissé. Le Prince revint alors porter son attention sur Lynn, s’il avait eu envie de soupirer, il l’aurait fait, or, il ne prenait même plus la peine d’utiliser son système respiratoire, dépense d’énergie pour que dalle. Si elle voulait savoir des choses sur sa personne, il suffisait tout simplement de demander, elle ne l’avait pas fait de manière franche, alors il n’avait pas cru bon répondre sincèrement. C’était pourtant simple non ? Angelus finit par la regarder droit dans les yeux.


« Mon véritable nom est Almery Liam O’Mordha. Mon nom de naissance n’est connu que de deux ou trois personnes, sans vous compter, je trouve déjà que c’est un privilège. Ensuite, je suis né en 764, j’ai décidé du jour de mon anniversaire deux cent ans plus tard, le 25 décembre, j’apprécie d’avoir mon anniversaire en même temps qu’une fête chrétienne, c’est ironique, non ? Donc, pour vous éviter de sortir votre calculatrice, j’ai 1247 ans. Je suis président directeur général d’une entreprise implantée ici, c’est un titre relativement pompeux pour parler du fait que je suis simplement propriétaire. Ensuite mon adresse, j’en ai plusieurs en fait, alors si vous me laissez le temps, je pourrais les noter sur un morceau de papier. Ma couleur préférée est le rouge, j’aime beaucoup jouer à la Wii. J’ai deux chiens que j’aime beaucoup, et ma vie est ennuyeuse à mourir. Je suis effectivement célibataire, même si j’ai été marié de mon vivant, et j’ai eut cinq enfants, trois sont morts, deux ont survécu. Ma femme a été tuée par ceux qui m’ont transformé et elle vous ressemble énormément, même la couleur des yeux, elle s’appelait Lyne. » Il marquait une pause. «  Est-ce que vous voulez mon numéro de sécurité sociale histoire de vérifier tout ce que je vous raconte ? A présent, nous sommes sur un pied d’égalité, ou j’ai oublié une information importante ? »

Angelus avait prononcé son discours avec un calme déconcertant, comme si donner toutes ces informations sur sa vie ne le dérangeait absolument pas. Il ne donnait pas son nom usuel, parce qu’elle allait tout de suite savoir qui se trouvait en face d’elle, et il ne le voulait pas. Le Prince avait une vie qui restait secrète, personne ne savait ce qu’il aimait faire, s’il voyait quelqu’un. Il était le représentant des vampires à la télévision ou dans les journaux, et il était déjà bien assez surpris qu’elle ne l’ait pas reconnu. D’ailleurs, il profitait de cela pour être Almery Liam, et non pas Angelus Liam, c’était toute une nuance qu’elle ne comprendrait pas de toute manière, vu qu’elle considérait qu’il ne donnait pas son véritable nom, alors que c’était justement le faux qu’il gardait pour lui. Donc, suite à tout cela, il hochait la tête.


« Oui, c’était moi au marché. Il m’arrive de m’occuper en faisant quelques combats à la sauvette. Se prendre quelques roustes à mon âge fait du bien et me permet de garder les pieds sur terre. Si je n’ai pas voulu vous le dire hier soir, c’était simplement pour que vous ne refusiez pas mon invitation. Mais si tout cela vous gêne, je vous ramène de suite chez vous, il n’y a aucun problème. Après tout, je vous ai déjà tout dit, il n'y a plus rien à savoir. »

Un sourcil haussé, il attendait de savoir si elle préférait finir sa soirée dans son canapé, en oubliant l’affreux vampire menteur, ou si elle allait essayer de comprendre qu’on ne pouvait pas non plus tout lâcher à un premier rendez-vous. Là, sur le coup, le mystère venait simplement d’exploser. Mais elle lui avait bien fait comprendre qu’ils n’étaient pas partis sur la même base, alors il faisait l’effort de tout remettre à plat. Rien que cela l’avait fatigué, parce que la plupart des femmes qu’il rencontrait lui posait toujours les mêmes questions : Son nom, son âge, ce qu’il faisait dans la vie, s’il aimait la télévision ou internet, s’il aimait dormir dans un lit plutôt qu’un cercueil. Ses rendez-vous, pour le peu qu’il en avait eut, s’étaient tous transformés en interrogatoire, celui-là ne changeait visiblement pas des autres, il avait eut tord sur ce point-ci. Alors qu’il n’avait pas été déçu par la curiosité qu’elle faisait naître en lui, il venait d’être déçu par ses manières.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 1:41


Autant dire que les choses étaient particulières durant ce tête à tête. Tout aurait pu être d'une simplicité déconcertante, mais finalement, les deux protagonistes avaient des caractères passablement.. Forts. De quoi se taper la tête contre les murs plus précisément. Odalynn n'avait pas apprécié le fait qu'il se soit renseigné sur elle, mais surtout le fait d'être à découvert, simplement parce qu'elle était quelqu'un de secret. Objectivement, Angelus n'aurait pu demander que l'adresse de son lieu de travail, qu'il serait arrivé au même point, ou même son nom. Mais le reste.. Non. Elle était chiante ? Lynn ne s'en était pas caché. Mais avouons une chose, il l'était tout autant. Surement était-ce pour cela que l'ensemble de ses premières paroles passaient totalement à la trappe, simplement parce que le reste l'avait interloqué. De savoir que les mois et les jours comptaient peu à l'époque de sa naissance était un indice, seulement, la Fée s'était faite à l'idée de ne pas savoir son âge, tout comme elle s'était faite à l'idée de diner avec un homme et non simplement un vampire. La Nightingale n'aimait pas les schémas stéréotypés ou simplement réducteur. Être doté de canines n'empêchait pas d'être capable de réflexion. Enfin, pour certains cas, c'était à prouver, seulement, Angelus avait prouvé qu'elle avait raison sur ce plan, c'était d'ailleurs pour cela qu'elle ne s'était pas levée, outrée, pour finalement poursuivre le diner. Ni plus, ni moins.

Mais voilà, tout basculait alors qu'il se mettait à déballer son état civil, et le début de sa biographie. Un sourcil de haussé, l'étonnement se lisait ouvertement sur les traits de Lynn alors qu'elle n'ouvrait toujours pas la bouche pour dire quoique ce soit. Qu'est ce qu'il lui prenait ? Franchement ? Autant dire qu'elle était plutôt déconfite devant une telle attitude. Il avait mauvais caractère, peut-être pas pire qu'elle, mais tout autant. Ça n'allait pas être de la tarte, étrangement, la Fée le pensait et pour la première fois de la soirée. Laissant ses doigts effleurer la table, elle tapotait du bout des ongles contre, attendant qu'il en ait terminé. Elle écoutait ce qu'il lui donnait comme information, mais c'était un lot de choses qui allaient un peu trop loin pour un premier rendez-vous. Surement était-ce pour cela qu'elle levait une main pour glisser son ongle le long de sa tempe, le coude appuyé contre la table.

    « Mh.. »


Très constructif. Très. Il lui avait cloué le bec ? Non, pas vraiment. Avouons qu'Odalynn cherchait d'avantage comment formuler les choses. Simplement parce qu'il s'était laissé aller sur un terrain glissant, en particulier celui de sa femme décédé. C'était donc ça qui l'avait attiré en premier lieux : L'image d'un amour perdu, il y a longtemps, qui le ramenait vers son humanité. Ce n'était pas ce qu'elle était vraiment. Ou peut-être que si, en parti. Elle ne savait pas réellement. Angelus était certainement déçu, mais elle l'était tout autant. Fermant les yeux pendant quelques secondes, la Fée prenait le temps d'inspirer avant de finalement se décider à reporter ses violines sur les traits du vampire.

    « Vous êtes allés un peu trop loin, pour le coup. Je ne vous demandais pas de me faire un CV détaillé de votre vie. » Ah non, ce n’était certainement pas cela qu'elle lui demandait. Le visage signait d'ailleurs à la négative. « Je pensais avoir le monopole du mauvais caractère, mais vous venez de monter sur le podium avec moi. » Un sourire s'esquissait finalement. « Je ne relèverais pas au sujet de votre femme. Par contre.. » Quel était le sujet qui l'avait le plus marqué ? « Une Wii ? C'est le truc avec la manette ? J'en ai vaguement entendu parler.. » Une main balayait les airs avant de retomber sur la table lentement. « Qu'est-ce que vous voulez que je fasse de votre numéro de sécurité sociale ? Tout ça pour dire que vous m'auriez simplement dit que vous vous appeliez Almery Liam O'Mordha, que vous étiez directeur d'une boite, que je ne vous aurais pas non plus harceler. Même si je vous imaginais d'avantage dans un domaine artistique, à vous voir danser.. Enfin, pas dans une boite, mais si c'est.. Intéressant. »


Elle n'était pas bien contrariante pour le coup. Mais passer ainsi d'une situation à l'autre était réellement étonnant alors qu'elle semblait s'y faire. Observant longuement les traits d'Angelus, elle écoutait la suite de ses paroles alors qu'elle ne semblait plus décidée à décrocher un mot, ni rien. Silencieuse, elle repensait à cette fois-là, au marché surnaturel. Cette fois où il avait attiré son attention longuement, au point de la désorienter. Fermant les yeux pendant quelques secondes à peine, elle les rouvrait ensuite pour porter toute son attention sur les traits de Liam. C'était donc cela ? Le mystère était totalement levé, et monsieur ne la trouvait plus vraiment intéressante ? Une nuance noire passait dans son regard alors qu'elle croisait les bras, appuyée, le dos contre le dossier de sa chaise.

    « Je vois.. Donc, vous m'avez déballé votre vie parce que vous n'étiez pas content de mon attitude, et maintenant, vous n'avez plus rien à vous mettre sous la dent ? Passez-moi l'expression, n'est-ce pas. Seulement, apprenez que tout ne se réduit pas à un simple descriptif de votre vie, ou de la mienne. La preuve en est, j'ai appris bien plus de choses dans votre attitude qu'en vous écoutant. Pas que ce soit désintéressant, bien au contraire, mais je ne suis pas là pour interviewer un millénaire et des poussières de vie. » D'accord.. C'était dit avec autant de calme. « Alors oui, vous allez me dire que je n'avais pas à réagir ainsi, seulement, je n'aime pas me dévoiler aussi facilement, ou qu'on me dévoile aussi facilement serait l'expression la plus.. Exacte. Je suis le genre de femme à aimer rester dans l'ombre. Je pense que vous êtes apte à comprendre cela, n'est-ce pas ? » Il avait plutôt intérêt à comprendre.. Ou pas. Quel mauvais caractère. « Quoiqu'il en soit, je ne compte pas partir, et encore moins rentrer chez moi parce que vous m'avez contrarié et que je vous ai contra.. Non, en fait, je ne peux même pas dire cela. Bref.. Non, je ne compte pas partir. » Donc le diner pouvait se poursuivre ? A peu de choses près, oui. « Je n'aurai pas refusé votre invitation en sachant que c'était vous, cette fois-là, simplement parce que c'est votre manière de danser et de me regarder qui m'a fait accepter. » Blanc. « Oh.. Vous voulez aussi que je vous fasse un inventaire de ma vie, ou pas ? »


Non mais.. Elle avait fini ? Oui, apparemment. Lynn n'était pas simplement cette jeune femme totalement.. Discrète et charmante. Elle avait son caractère, et Angelus avait loisir de le découvrir. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Quoiqu'il en fût, La Fée demeurait d'une sérénité étonnante, d'un charme évident, et surtout.. Non mais, elle était simplement calme, et totalement honnête dans sa manière de voir.

................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 2:15



Au regard du vampire, le diner tournait à la catastrophe. Mais vraiment. L’Œil du cyclone était passé, et à présent il ne restait que des vents tourbillonnants. C’était peut-être quelque peu exagéré, mais Angelus pouvait se montrer excessif autant que calme ou encore charmant, elle n’avait pas encore eu droit à l’impact de son mauvais caractère, non, ce qu’elle avait vu n’était que la surface de l’iceberg. Il n’avait évidemment pas de raisons de s’agacer ou de taper du poing, pas à première vue, mais cela allait venir, lentement mais sûrement. Selon lui, il avait fait un effort pour se faire « pardonner » d’avoir cherché des informations sur elle, d’une certaine manière du moins. Il voulait partir du bon pied, qu’ils puissent se sentir d’égale à égale, mais il ne s’attendait sûrement pas à la réaction qu’elle allait lui montrer. Déjà, elle prenait son temps pour ouvrir la bouche, et selon lui, elle aurait dû être belle et se taire. Son comportement était de moins en moins rassurant au regard du Prince qui avait finit par croiser les bras, il était à présent sur la défensive, et son regard plissé montrait qu’il ne semblait pas aussi détendu ou joueur qu’en début d’entretient. Non contente de lui dire qu’elle se fichait de son CV détaillé de sa vie - il n’appréciait pas forcément le terme -, elle se mettait à critiquer son caractère. D’accord. Elle ne le connaissait pas pour se permettre de le juger. Ne pas relever pour sa femme ? Elle avait plutôt intérêt, il n’avait pas envie de s’étendre. Donc, dans tout cela, elle avait retenu l’histoire de la console, il ne savait pas s’il devait bien le prendre ou s’offusquer de ce qui semblait « important » aux yeux de la jeune femme. Un sourcil haussé, il était entrain d’halluciner, tout bonnement. Mais si seulement c’était terminé, non, elle en rajoutait une couche en lui expliquant ce qu’il était censé dire, elle aurait pu aussi lui montrer comment se comporter, tant qu’à faire.

Il n’avait pas envie de répondre, muet comme une tombe, le vampire semblait plus se renfrogner qu’autre chose, décidément, il n’appréciait vraiment pas ses méthodes, ni ses manières. Angelus n’avait pas l’habitude d’avoir une discussion de la sorte, normalement, il condamnait juste par principe, et il se faisait bourreau. Encore une fois, il était quelqu’un de particulièrement excessif quand il s’y mettait, ce qui n’était pas forcément bon signe pour la suite. Il aurait pu se contenter de ses belles paroles, mais elle n’avait pas terminé de lui déblatérer des choses qui n’étaient absolument pas justes. Elle n’avait rien compris, il n’avait pas dit qu’elle n’était pas intéressante, mais qu’il n’y avait plus de mystère, donc plus vraiment de découverte, ce qui signifiait que ce premier rendez-vous était clôturé. Sans le vouloir, et par pur automatisme, Angelus levait les yeux au ciel. Si elle voulait apprendre certaines choses par son comportement, elle était à présent servie. Il aurait aimé l’arrêter dans ses divagations, mais elle semblait plutôt bien lancée, petite mais hargneuse dans le genre, elle ne lâchait pas son morceau de viande quand elle le tenait entre les dents. Mais par contre, une fois son discours terminé, il fouillait la poche de sa veste pour sortir son portefeuille, si elle voulait un dessert, elle pouvait manger chez elle aussi non ?

« Vous savez quoi ? Si vous voulez faire la conversation toute seule à coup de : Alors oui, vous allez me dire; vous pouvez toujours la terminer sans moi non ? C’est un peu la seconde fois que vous me faites le coup. Notez aussi que vous n’avez absolument rien compris, mais je vois que vous êtes du genre à tirer aussi vos conclusions toute seule. Je n’ai pas envie de me répéter. »

Il sortait quelques billets qu’il posait sur la table, il payait le repas, c’était déjà ça de pris, il ne partait pas comme un voleur en lui laissant l’addition. Elle ne comptait pas partir ? Et alors ? Il avait le droit de mettre l’argent sur la table s’il en avait l’envie. Une fois fait, il refermait son portefeuille pour le ranger dans la poche de sa veste, il n’en avait pourtant pas finis avec elle.

«  Je me fiche de l’inventaire de votre vie. Bordel. Vous êtes entrain de me faire passer pour un idiot, et ne dites pas le contraire, j’ai vaguement compris vos allusions, sans parler du fait que vous préférez visiblement avoir le contrôle de la situation jusqu’à me dire ce que je suis censé vous expliquer, vous informer, ou je ne sais quoi encore. Jusqu’à preuve du contraire je fais ce que je veux. » Et elle croyait qu’elle était capricieuse ? Elle ne connaissait pas vraiment le type qui était en face d’elle visiblement. « Mais oui, je comprends, vous aimez les secrets, c’est sûr, j’ai été horrible, j’ai fouillé là où il ne fallait pas, j’ai eut votre adresse et votre lieu de travail, trop dur quand même. Vous vouliez mon âge, je vous l’ai donné, vous vous en foutez. Vous vouliez juste savoir ce que je faisais dans la vie ? Alors faites le tri vous-même et vos conclusions vous-même, sur ce coup-là vous avez parfaitement le monopole. »

Il levait les bras au dessus de sa tête pour balayer des probables paroles qu’elle pourrait lui lancer. Il n’avait pas envie de savoir, et puis il avait oublié un détail important.

«  Vous êtes chiante. Voilà tout ce qui ressort de ce diner, j’ai fais des efforts pourtant, mais au fond, vous êtes vraiment chiante. Et encore, le mot est faible. »

Diable qu’il pouvait être pénible, incapable d’accepter qu’on puisse lui tenir tête, ou qu’on le critique, ou même qu’on juge ses paroles ou ses actions. Des centaines d’années à la tête d’un état n’aidait pas non plus à garder la tête froide, c’était bien plus compliqué qu’il n’y paraissait. Angelus finissait par se lever en attrapant sa veste, il lui faisait signe de le faire à son tour, il l’avait amené, il allait la ramener quand même. De toute manière, elle avait mangé non ? Ils n’allaient pas continuer à se regarder dans le blanc des yeux pendant des heures, surtout qu’ils commençaient franchement à attirer l’attention.

« Prenez votre veste, je vous ramène. A moins que vous fassiez votre femme indépendante en plus de votre chiante et que vous préfériez prendre un taxi, dans ce cas j’appelle de suite le serveur pour qu’il s’en occupe. »

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 2:56


Sans se connaitre, ils ne se comprenaient pas. Les méprises étaient faciles, et relativement rapide à se dérouler au fil du diner. Tout avait pourtant bien commencé pour finalement aller de pire en pire. Deux souverains qui s'ignoraient, bien trop habitués à ne voir personne leur tenir tête, se retrouvaient confrontés l'un à l'autre. Cela faisait une éternité que quelqu'un n'avait pas pris à contrepied la Fée, et cela valait surement dans le sens inverse, seulement, Odalynn ne le savait pas. Ne voyant aucune réaction chez son vis à vis jusqu'à ses yeux levés au ciel, elle comprenait bien assez vite, qu'il n'appréciait pas ses paroles. Non mais franchement, elle avait tenté de mettre de l'eau dans son vin à sa manière, mais apparemment, ce n'était pas franchement réussit. Faire des compromis pour ne pas contrarier autrui n'était pas franchement une capacité de la Nightingale. Les autres faisaient des efforts, et elle, elle voyait si elle acceptait ou pas le geste. Seulement, dans le cas présent, elle se retrouvait dans une situation totalement habituelle. Fronçant les sourcils, elle entendait les paroles de Liam et finissait par ouvrir la bouche pour la refermer. Sérieusement, qu'est ce qu'il racontait là ? Non parce qu'elle ne le savait pas vraiment. Le visage signait à la négative, totalement dépité. Elle aurait pu s'énerver, mais ce n'était pas le cas, et dans un sens, c'était une bonne chose qu'elle ne s'emporte pas pour mettre de l'huile sur le feu. Inspirant profondément, elle se décidait au bout de quelques secondes à prendre la parole. Elle aurait dû se taire ? Ce n'était pas son.. Truc.

    « Je ne tire aucune conclusion. Simplement, mes paroles pouvaient prêter à confusion, je voulais éviter une méprise, mais il faut croire que c'est raté, et qu'il y a tout de même eu quiproquo. En d'autres circonstances, j'aurai pu trouver cela relativement drôle. »


Mais Rose ne le trouvait pas dans le cas présent. C'était bien plus navrant qu'autre chose. Dégageant une mèche brune sur le côté, elle le regardait sortir des billets de sa poche, enfin, de son portefeuille qui était lui-même sorti de sa poche. Donc, la soirée était ainsi finit. La fée se préparait déjà à prendre son manteau et à s'en aller puisqu'il n'en demandait pas d'avantage. Mais voilà qu'il reprenait de plus belle. Lui aussi, il aurait pu se faire, si c'était pour lui parler de la sorte. Elle n'aimait pas qu'on la prenne pour une moins que rien. Mais à la différence d'Angelus, elle était capable de se maitriser, enfin, par moment. Et dans le cas présent, elle tentait de prendre sur elle. C'était un miracle ? D'une certaine manière. Une main se levait alors qu'elle balayait les airs, non mais.. Il la prenait pour une dirigiste en mal d'autorité, ou quoi ? Il se trompait sur toute la ligne. Mais apparemment, chacun était doué pour faire fausse route au sujet de l'autre.

    « Sérieusement ? » Quoi sérieusement ? Eh bien, il commençait à l'énerver, a lui user sa patience, ses nerfs, ce qui n'était pas une bonne nouvelle tandis qu'elle essayait de se contrôler. « Je ne vous ai pas donné un ligne de conduite à suivre non plus. Je déteste ce genre de personne. Je suis d'accord qu'on me tienne tête, ça change, c'est bien, ça vous rend encore plus attrayant, mais ce n'est pas non plus une raison pour m'en envoyer plein la tête. Votre âge, je m'étais résolu à ne pas vous le demander, simplement parce que j'étais d'accord avec vous pour le fait qu'il ne soit pas essentiel que le sache. Votre métier, ce n'était pas pour vous juger. Je ne vous ai pas jugé. »


Une main retombait sur la table alors qu'elle tentait de garder le contrôle d'elle même, avant tout, et surtout pas de la conversation. De toute manière, elle ne pouvait pas plus partir de travers. Le regard se teintait d'ailleurs de jais, jusqu'à en être totalement inondé, surtout quand il l'a traitait de chiante. Une profonde inspiration était prise alors qu'elle faisait pianoter ses doigts contre la table avant de finalement.. Non, elle se retenait de le désigner de l'index. On lui avait souvent dit que ça ne se faisait pas. Mais vraiment pas. Alors, elle tentait de se conduire en personne civilisée, il fallait bien qu'une personne le fasse.

    « Et ça, ce n'est pas juger ? Mais oui, je suis chiante, et je l'assume, moi. Je suis capable de l'accepter, même dans la bouche d'une personne qui s'emporte alors que je tente de prendre sur moi pour ma méprise. Mais non, ça, ça vous passe au-dessus de la tête. Pourquoi ? Parce que je n'ai pas rougit de honte et que je ne me suis pas excusée quand vous avez expliqué les choses ? Je suis désolée, mais je ne suis pas du genre à m'écraser. Jamais. Et ça ne va surement pas commencer avec vous. » C'était.. Ca, prendre sur elle ? Odalynn en pinçait les lèvres alors qu'elle gardait quelques secondes de silence en marmonnant quelques mots à peine audible. « Le pire, c'est qu'avec ce genre de caractère, vous allez encore me plaire. Y'en a marre. »


Oui bon, de toute manière, il s'était levé, alors elle n'attendait pas qu'il lui demande - si gentiment - de le faire. Elle attrapait sa veste pour l'enfiler, prenant sa pochette dans sa main droite avant de prendre la sortie du restaurant. Une œillade noire était adressée à un client trop curieux alors qu'elle sortait tranquillement. S'arrêtant dans la rue, elle avait bel et bien entendu les paroles d'Angelus mais n'avait pas pris la peine d'y répondre, préférant l'attendre à la sortie. Diable qu'il la gonflait. Non mais franchement, elle aurait mieux fait de rester chez elle, ou d'écouter sa sœur. Tout aurait été mieux que de se retrouver devant un Vampire incapable d'avoir une discussion quelconque, parce qu'une personne ne pliait pas devant lui. Elle n'avait qu'une envie, le laisser comme un con avec sa voiture, son bracelet, son diner et ses sourires à la mord-moi-le-nœud, ou même ses yeux trop bleu. Elle lui aurait bien mit une claque aussi. Redressant le buste, un regard partait sur le côté alors qu'elle le regardait sortir. La femme indépendante, elle l'aurait bien fait, mais hors de question de lui donner satisfaction, elle n'en avait vraiment pas envie.

    « Et dire que j'ai parlé de la Wii pour tenter de détendre l'atmosphère, rien n'a marché. Franchement, ça m'apprendra. »


Ca s'était lancé d'une voix claire alors qu'elle attendait que la voiture arrive pour qu'il puisse la ramener chez elle. Mais avant même que la voiture n'arrive, elle se tournait vers Liam pour l'attraper par le col, elle le faisait descendre sans préavis et venait glisser ses lèvres sur les siennes, le temps d'un baiser, à la fois furtif et paradoxalement électrisant. Quelques secondes à peine ensuite, elle le relâchait, simplement parce que.. Qu'est-ce-qu'elle-avait-foutu ? Bonne question, elle clignait des yeux. La colère se battait contre la sérénité, le violine se mêlant au jais dans son regard alors qu'elle reculait d'un pas, le regard tourné vers la voiture qu'elle attendait, ou qui était là, au choix. Un mot peut être.

    « Je l'aurai regretté. »


.. Et elle n'allait pas le regretter. Odalynn avait sa logique, il ne fallait pas trop chercher. Le manteau était refermé autour d'elle calmement. De toute manière, elle n'avait plus rien à dire. Il était content ?

................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 3:47





La soirée était terminée, finie, envoyée et pesée, Angelus l’avait décidé ainsi. Soit, il savait qu’il avait mauvais caractère, qu’il ne réagissait pas toujours comme il le faudrait, mais si c’était le cas, il ne serait pas à la place qu’il occupait aujourd’hui. Il n’avait pas envie d’entendre les réflexions de Lynn, cela ne l’intéressait pas, il en avait assez entendu pour le moment. Le Prince ne voulait qu’une chose, rentrer chez lui, ce qui ne voulait pas dire qu’il n’allait garder que des côtés négatifs de la soirée en mémoire. Il savait pertinemment qu’ils ne se connaissaient pas et que les méprises ou autres incompréhensions foisonnaient sans cesse, mais il n’aurait pas pu prévoir que Lynn n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, bien qu’il n’avait pas l’intention de la rabaisser ou de la soumettre. Le vampire voulait tout simplement laisser de côté cette conversation qui n’avait rien donné de bon, parce qu’au fond de lui, il savait qu’il avait eut tord de s’agacer, ou encore de s’affirmer, il savait garder son sang-froid quand on ne l’attaquait pas personnellement, mais dans le cas contraire, il avait bien trop l’habitude de frapper, de torturer, de punir, et quand il ne le pouvait pas, la frustration montrait le bout de son nez. Debout, sur ses pieds, les yeux posés sur Lynn, il l’écoutait continuer sur sa lancée, essayant de lui expliquer ses paroles. Le problème était pourtant simple, s’il lui disait que ce n’était pas grave après s’être emporté de la sorte, il la laisserait gagner et en plus il passerait encore pour un imbécile. Malgré tout, Angelus balayait l’air de ses doigts, moins calmement, moins lentement, faisant bien plus de gestes sur le coup de ces mauvaises sensations qui avaient grimpé au fond de lui.

Angelus plongeait les mains dans sa poche et fut relativement surpris d’entendre une sorte de compliment au milieu des explications de la jeune femme, il était attrayant en lui tenant tête ? Super, il ne l’avait pas calculé, et de toute manière, cela ne noyait pas vraiment le poisson de sa mauvaise humeur ou de son mauvais caractère. Il était toujours là le poisson, à tourner en rond comme un con. Le sujet n’était pas encore clos ? Il l’aurait cru, mais avec les bonnes femmes, les sujets n’étaient jamais clôturés, elles vous enfonçaient la tête sous l’eau tant que vous ne vous excusiez pas ou que vous ne faisiez pas amande honorable. Une grimace, voilà, et les épaules haussées suite à son discours, il n’avait pas envie d’y répondre, il n’allait pas faire marche arrière, s’asseoir et lui dire que tout allait bien dans le plus beau sourire du monde, il ne fallait pas pousser la grand-mère dans les bégonias. Angelus se mettait à gonfler des joues, elle n’avait pas finis oui ? Ah bah non. Il appuya sa main sur la table en l’observant fixement, regard noir ou améthystes, c’était du pareil au même. Notons tout de même qu’il était à présent sûr qu’elle n’était pas complètement humaine. Les femmes, décidément, trop de parlotte quand elles avaient quelque chose à faire comprendre ou à faire passer. Une nouvelle fois, il levait les yeux au plafond par dépit.

«  Ça va, c’est bon, on ne va pas y passer trois heures. Méprise ? D’accord, il y a eut méprise et incompréhension, mais là, on se donne en spectacle, donc si ça ne vous gêne pas, ou si vous voulez toujours m’enfoncer la tête dans le sol, vous allez le faire dans la voiture. »

Il ne voulait pas qu’elle s’écrase, mais qu’elle le respecte un peu quand même, ce qu’elle ne faisait pas selon lui. Une Reine des Changelins et un Prince Vampirique, rien de mieux pour foutre la merde entre deux personnes, deux rangs qui étaient incompatibles, l’une avait l’habitude qu’on lui baise les pieds, l’autre qu’on ait tellement peur de lui qu’on ose même pas lever les yeux dans les siens. Et de quoi qu’elle disait sur son caractère ENCORE ? La bouche s’ouvrait pour lui faire fermer son clapet, mais la seule réaction qu’il eut en entendant la fin de sa phrase, fut.. Rien en fait. Il l’observait sans comprendre, elle passait d’un truc à l’autre, mais quoi il allait lui plaire ? Encore lui plaire ? Il allait finir par croire qu’il avait le chic pour ne pas réagir comme il fallait tout en réagissant comme il fallait. Il se comprenait. Le voilà qui secouait la tête, ne pas relever, qu’importe finalement. Ne surtout pas envenimer la situation, donc ne pas répondre. Il préférait la regarder prendre sa veste dans le plus grand silence et la voir passer sous son nez comme une flèche pour trouver la sortie. Franchement, c’était quoi cette soirée ?

La plupart des clients avaient les yeux braqués sur Lynn jusqu’à ce qu’elle franchisse la prote, et brusquement, tous les regards se figèrent sur la silhouette du Prince, immobile, à côté de la table. Le serveur ne préférait pas s’approcher, même si c’était un Elysée, le Prince pouvait faire exploser des têtes si l’envie lui prenait, et il n’avait pas l’air de bonne humeur. Tranquillement, et sans bouger les pieds, il glissait sa main pâle sur son visage. Bon. Du calme. Ce n’était pas une soirée aussi pourrie qu’il ne le croyait, au moins, il y avait eut des bons moments, au début. Maintenant il n’avançait pas à l’aveugle, il savait qu’elle était une chiante finie, oui il l'avait jugé comme elle avait pu le faire, c’était un prêté pour un rendu. Jetant un bref regard aux clients, Angelus se mit en marche pour finalement pousser la porte du restaurant, le serveur avait prévenu - sans que le vampire n’ait eu besoin d’appeler - le chauffeur qu’il était temps de ramener «  Son Altesse » chez lui, tout en glissant un mot comme quoi il avait l’air d’une humeur exécrable. Angelus n’entendit donc pas l’histoire de la Wii, il était sorti quelques secondes après, fouillant ses poches pour essayer de chopper ses gants, il faisait humide. Les yeux baissés sur sa veste, il eut le réflexe de relever brusquement les yeux quand elle l’attrapa par le col - il aurait même pu avoir un geste défensif s’il n’avait pas reconnu Lynn. Elle comptait lui en coller une ? Et bah.. Non. Pas vraiment. Il était ramené vers elle et s’il avait cru que leur premier baiser allait être aussi rapide et sur un trottoir, il se serait un peu préparé avant.

Bien joué la Changelin. Histoire de le mettre dans l’embarras, faire passer ce mauvais moment avec ses lèvres, c’était vraiment bien joué. S’il se mettait en colère ou la repoussait, il allait culpabiliser, ou pire, perdre évidemment toutes ses chances. Elle aimait mener la danse hm ? Un baiser qui fut relativement bref, pas très langoureux, juste des lèvres collées l’une sur l’autre, mais bien assez pour faire monter la tension chez le vampire tout en faisant redescendre son agacement d’un coup sec. Il resta tout bonnement immobile sur ce foutu trottoir, les sourcils haussés, tandis qu’elle reculait. Angelus se mettait à rembobiner le fil de la soirée, ou plutôt des dernières minutes, puis des dernières secondes. Cela ne dura pas bien longtemps, mais il avait visiblement besoin de comprendre le comportement de Lynn qui était plutôt imprévisible dans le genre. Elle aurait regretté quoi ? De l’avoir fait ou de ne pas l’avoir fait ? La voiture arrivait pour se placer le long du trottoir, le chauffeur sortant du véhicule en faisant un sourire à Lynn et un signe de tête respectueux à Angelus qui.. N’avait toujours pas bougé, les doigts pianotant sur son menton. En pleine réflexion - Notons que ce n’était pas le moment d’être plongé dans ses pensées. Il ne remarqua même pas qu’elle entrait par la portière ouverte par le chauffeur qui essayait vainement de faire signe à son patron de faire de même.

«  Non. Alors ça non. Vous n’aurez pas non plus le monopole sur ce coup là, c’est injuste. Je ne suis pas d’accord. »

Être un Vampire avait ses avantages, la rapidité par exemple, une rapidité extrême à un âge avancé, une rapidité qui lui permit d’attraper un morceau de son manteau avant qu’elle ne se retrouve le cul sur la banquette. Il tirait le tissu brutalement vers lui pour la ramener face contre lui, attrapant son visage d’une main pour prendre possession de ses lèvres à son tour, mais à la différence du baiser qu’elle lui avait donné, Angelus se permettait d’y mettre beaucoup plus de langueur. Le contact électrisant revenait remonter le long de ses nerfs, réveillant bien plus de sensations qu’il n’aurait cru, mais il ne l’embrassa pas une seconde de plus que pour le premier baiser. Il la relâchait aussi vite avant de faire le tour de la voiture.

« Moi aussi je sais faire. Donnant-donnant, montez dans la voiture, je vous ramène chez vous. »

Il lui fit signe de grimper tandis qu’il faisait de même, s’installant à sa place et refermant la portière. Le bouquet de roses rouges était toujours là, au milieu, il n’avait pas du tout bougé. Le chauffeur ? Il ne comprenait rien mais il n’était pas payé pour poser des questions, il grimpait à son tour dans la voiture après avoir refermé la portière de Lynn. Angelus venait d’ailleurs glisser une main dans ses cheveux courts.

« Je n’ai même plus de raison d’être agacé maintenant, en plus d’être chiante, vous êtes pénible dans le genre, et manipulatrice. Ça ne se fait pas, mais je me suis vengé. »

Ça allait mieux donc.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 18:43


Deux rôles similaires et pourtant paradoxalement différents. L'un dirigeait via la peur, et l'autre.. De manière bien plus royale. Enfin, elle n'était pas reine pour rien, c'était évident. Prête à rentrer dans la voiture, elle savait qu'elle n'aurait pas de regrets, même si elle ne le revoyait pas, simplement parce que le gout de ses lèvres s'étaient imprimés sur les siennes. L'instant était silencieux, certains auraient pu le qualifier de gênant, mais ce n'était pas le cas pour la Fée. Un coup d'œil était adressé au vampire qu'elle voyait figé dans le marbre. Elle l'avait tant choqué que ça ? Eh bien, tant pis pour lui, parce qu'elle continuait son chemin pour aller se poser dans le véhicule. Mais voilà, non, il l'arrêtait et la ramenait en arrière. Baladée comme une poupée de chiffon, Odalynn ne comprenait pas réellement ce qu'il lui arrivait. En un clignement de paupières, elle apercevait le visage de Liam trop proche du sien jusqu'à ce qu'il vienne finalement prendre possession de ses lèvres. Véritable électro choque, sensation cuisante de bien être, totalement incompréhensible, elle se laissait aller à cette attention, partageant bien plus qu'un furtif baiser, signe d'une contrariété ou une envie de prendre le dessus sur l'autre. L'envie la tiraillait, la tension nouait ses membres, jusqu'à ce que finalement, il se détache et la laisse.. Là. Non mais, elle hallucinait vraiment. Ca n'avait duré que quelques secondes, rien que quelques secondes. Clignant des yeux, elle ramenait ses doigts pour les glisser sur ses lèvres avant de finalement laisser retomber sa main souplement. Une profonde inspiration était prise alors qu'elle le regardait faire le tour de la voiture pour finalement .. Quoi ?! Donnant donnant ? Il s'était juste rattrapé ? Et en plus, il lui disait d'entrer dans la voiture. L'ordre n'était vraisemblablement pas digéré alors qu'elle redressait le menton.

Regard mitigé, porté sur le Vampire avant qu'il ne disparaisse, Lynn finissait par monter dans la voiture, simplement parce qu'il fallait qu'il entende ses paroles, qu'elle fasse part de son mécontentement profond. On ne traitait pas une Reine de cette manière. Il ne savait pas qu'elle en était une ? Tant pis pour lui, on ne traitait pas une femme de la sorte non plus, voilà. Le problème restait le même fondamentalement. Replaçant une mèche de cheveux, elle finissait par claquer la portière de la voiture avant de se tourner pour observer de ses iris mitigés son vis à vis. Diable qu'il était infernal.. Pourquoi est-ce qu'elle s'acharnait à lui parler ? Elle aurait pu rester silencieuse. Mais non.

    « Ne me donnez plus jamais d'ordre, je ne suis pas à votre service. C'est la seconde fois que vous me le faites dans la soirée. »


Replaçant son manteau, elle jetait un regard à l'extérieur. La guerre continuait encore, malgré le bel interlude qui avait affolé ses sens et calmé son humeur. Il avait tout de même fallut qu'il ose lui donner un ordre. Non mais sérieusement, il se prenait pour qui ? Le maitre du monde ? Il ne manquait plus que ça. La Fée restait silencieuse pendant quelques secondes, alors qu'elle semblait bouillonner de l'intérieur. Dieu merci, elle ne fumait pas par les oreilles. Et aux nouvelles paroles d'Angelus, elle basculait son visage dans sa direction pour lui jeter une œillade noire.

    « Je veux bien être chiante et pénible, mais vous n'êtes pas mieux dans le genre. » Mais ce n'était pas le pire dans l'histoire. « Parce qu'en plus, ce n'était qu'une histoire de vengeance ? Vous ne m'avez même pas embrassé parce que vous en aviez envie ? Mais parce que je vous avais devancé ? Je crois que j'hallucine. J'ai vraiment été bête de croire que j'allais regretter de ne pas l'avoir fait, si c'est tout ce qui vous a motivé. Je peux être manipulatrice, mais à cet instant, ce n'était pas le cas. »


Vexée, bien plus qu'être en colère, la Fée était vexée. Certes, Liam avait fait plusieurs pas vers elle pour l'inviter, seulement, elle pensait en avoir fait un considérable - même s'il allait surement tomber dans l'oubli - .. Et finalement, le Vampire avait tout cassé avec ses remarques totalement déplacées. Un soupir passait la barrière de ses lèvres alors qu'elle semblait soudain lasse. Un regard de côté était adressé au Marsden, elle l'observait longuement avant de finalement secouer le visage négativement. Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il avait fallu qu'elle tombe sur un vampire comme lui ?! Non, réflexion faite, c'était lui qui lui était tombé dessus. Le comble était qu'il n'avait même pas utilisé un charme quelconque, il était resté d'un naturel relativement désarmant. Il était.. Chiant, imbuvable, insupportable, supérieur, dirigiste, emmerdeur, caractériel, aussi capricieux qu'elle, emporté, la totale.. Alors pourquoi est-ce qu'elle était là à se demander si elle allait le revoir, ou non ? C'était tout simplement ridicule. Lynn n'avait absolument pas les idées claires, du moins, elle en était persuadée, en plus.. Ces deux baisers ne cessaient de lui revenir à l'esprit, de quoi embrumer d'avantage ses pensées. Mais au moins, elle était calmée, c'était un bon point, n'est-ce pas ? Oui, surement. Une main venait attraper le bouquet de roses alors qu'elle observait chacune des fleurs de manière on ne peut plus pensive. Autant dire que cela ne durait que quelques secondes, mais que c'était bel et bien suffisant.

Le bouquet était posé sur ses genoux alors qu'elle se redressait légèrement sur la banquette, bien assez pour faire face au vampire, l'observer longuement. Qu'est ce qu'elle lui trouvait hormis des défauts ? Il fallait qu'elle fasse une liste. Non mais.. Rien, il n'avait rien de spécial. D'accord, il fallait que la Nightingale arrête, c'était relativement absurde, voir totalement. Penchant le visage sur le côté, la Fée se décidait à sortir de son mutisme.

    « Embrassez-moi, si vous en avez vraiment envie. »


En fait.. Elle aurait dû continuer à être silencieuse, ça aurait été tout aussi bien. Non ? Evidement que si.

................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 20:41




La soirée était gâchée et il se savait parfaitement responsable. S’il avait réussit à tenir sa langue, ou à ne pas réagir de manière impulsive, ils seraient encore au restaurant, peut-être même qu’ils auraient rit d’une chose ou d’une autre. Et même en sortant, même après ce baiser, il n’avait pas réagit convenablement en l’embrassant à son tour pour de mauvaises raisons. Il le savait, elle n’avait pas besoin de le dire. Mais il était ainsi, il ne pouvait pas revenir en arrière afin de passer pour l’homme parfait, il avait son caractère, et s’il pouvait aller contre ce dernier, il n’aurait eu aucun défaut, ce qui n’était pas le cas. Un geste de la main pour le chauffeur, afin que ce dernier se mette en route, il avait les mains crispées sur le volant, il n’aimait pas voir son patron de mauvaise humeur, cela retombait toujours sur les autres, et sur lui aussi. La dernière fois qu’Angelus s’était montré aussi mauvais, il avait grillé un vampire qui ne l’avait pas appelé «  Votre Altesse » avec des allumettes, et il avait obligé son personnel à regarder. Inutile de dire que cela avait été particulièrement long. Le coude sur la portière, le dos de la main accueillait le visage du Prince tandis qu’il observait à travers la vitre, du moins, jusqu’à ce qu’Odalynn prenne la parole. Ne pas lui donner d’ordre ? Et si elle pouvait faire pareil aussi hin ? Pourquoi il serait le seul à faire des efforts ? Il aurait pu aussi les compter venant de sa part à elle. Décidément, les choses n’allaient pas forcément en s’arrangeant. Il ouvrit la bouche pour balancer une saloperie, mais il referma brusquement les lèvres, non, il ne fallait pas mettre de l’huile sur le feu, voilà, il ne fallait pas répondre. Elle risquait encore de lui en mettre plein la gueule pour une raison X ou Y, ou lui dire qu’il aurait mieux valu qu’il se taise, il préférait encore sa dernière phrase à celle potentielle qu’elle pourrait lui dire.

Les azurs se reposaient sur l’extérieur, il y avait un léger brouillard, et le ciel était orageux. A la Nouvelle-Orléans, il pleuvait souvent, le temps était particulièrement humide et les nuits particulièrement sombres. A chaque coin de rue, il pouvait y avoir une agression, d’humains ou de non-humains, parfaitement cachée par le voile sombre des intempéries. Sorti de ses pensées, son visage se tournait vers la jeune femme qui reprenait la parole. Rebelote. Elle recommençait à le faire culpabiliser, rien que pour un baiser qu’il lui avait donné, pas pour les bonnes raisons, pour une histoire de vengeance. Mais il était ainsi, on le prenait tel qu’il était ou pas du tout, alors lui faire des reproches n’allait pas non plus amener de quelconques excuses. Le Prince ne s’excusait jamais pour un geste ou pour son comportement, il faisait ce qu’il voulait. Alors entre les paroles de Lynn et le regard entendu d’Angelus, il n’y avait que le silence, simple, mais au moins, pas de dispute, de reproche ou d’engueulade. Au fond de lui, et même s’il ne l’avouait pas, il appréciait sa manière de lui dire ses quatre vérités, cela arrivait bien rarement. Et puis, il voulait bien accepter le fait qu’elle était plus attirante avec son caractère de chieuse qu’avec un caractère de chien dressé. Il avait déjà donné avec les maries couche toi là.

Tandis qu’elle faisait la liste, incomplète en plus, des défauts du Prince, ce dernier l’observait sans piper mot. Le dos de ses doigts glissant sur son menton, seul geste qu’il opérait pour le moment. Il ne la comprenait pas, parce qu’il ne la connaissait pas. Par contre, il ne voulait pas que le chauffeur continue de tendre l’oreille ou de faire le voyeur dans le rétroviseur. Angelus claqua des doigts pour attirer son attention et lui faire signe de remonter la vitre sans-teint entre l’arrière et l’avant du véhicule. Pas un s’il vous plait, pas un merci, mais le chauffeur ne semblait pas s’offusquer, bien au contraire, il s’exécutait sans faire attendre et la vitre remonta lentement dans un petit bruit sourd. A cet instant, Lynn se replaçait, non, elle se rapprochait un peu, placée de telle sorte qu’il pouvait faire face à son visage. Il observa rapidement le bouquet de fleurs et ses yeux remontèrent jusqu’au visage de la jeune femme. Les yeux plissés, il fut étonné de cette demande, ou de cette question, ou.. Il ne savait pas trop dans quelle case il devait placer ce qu’elle venait de lui sortir. Angelus laissa tomber sa main en redressant la tête, il était de nouveau calme, l’agacement ayant visiblement disparu.

« J’ai mal agis. »

Voilà, des excuses, enfin cachées, mais quand même, il faisait l’effort de s’excuser, mais il espérait qu’à son tour, elle le fasse, pour avoir fait sa chieuse, dans le cas contraire, l’agacement risquait de pointer le bout de son nez, comme d’habitude. Il lui avait bien assez fait comprendre que s’il donnait quelque chose, il voulait recevoir la même chose en retour, ce n’était pas compliqué et ça n’allait pas lui écorcher la bouche. Puis, après avoir fait son « mea culpa », il tendit la main sans brusquerie en direction du manteau de Lynn pour l’attirer doucement vers lui, ce qui signifiait donc qu’elle n’était pas obligée de faire ce qu’il voulait, qu’elle avait une marge de manœuvre non négligeable. Quand bien même, si elle ne voulait pas se rapprocher, il le ferait lui, en se redressant. Quoiqu’il en soit, une fois assez proches, ses doigts tièdes glissèrent sur le cou diaphane pour se perdre derrière la chevelure et sur la nuque de Lynn. Il prenait son temps jusqu’à rapprocher son visage et glisser ses lèvres sur les siennes, doucement au début, comme s’il vérifiait que l’envie était bien réciproque, cela ne durait qu’un dixième de seconde avant qu’il ne prenne entière possession de ses lèvres dans un baiser tout aussi langoureux que le précédent, mais bien plus long. Il n’avait pas prévu que la soirée puisse tourner de cette manière, il s’était vu passer une bonne soirée, la raccompagner et rentrer chez lui après avoir laissé un baiser sur la joue de sa compagne du soir. Mais non, non, ce n’était pas ce qui était entrain de se passer, il était loin du simple bisou sur la joue, il était loin de cette distance qu’il s’était promis de garder jusqu’à ce qu’il en apprenne plus, jusqu’à ce qu’ils se connaissent un peu mieux. Non, à cet instant, deux chieurs qui avaient visiblement du mal à se supporter, avaient fait un transfert d’agacement sur une attirance déjà imposée. Un baiser qui se voulait grandement appréciable, pour lui du moins, qui le fit oublier toutes possibles contrariétés, et qui réveilla bien plus de choses qu’il n’aurait cru possible au point de crisper sa main à la nuque de Lynn. Il voulait la prendre dans ses bras, la ramener contre lui, parce qu’il n’avait soudainement plus l’envie de la lâcher, mais il ne le faisait pas. Si son cœur était encore vivant, il aurait pu battre la chamade, mais il n’y avait rien, rien que ces sensations puissantes qui le prenaient aux tripes, cette enivrante passion qui naissait, cette frustration qu’il allait devoir garder pendant un moment.
Décidé à relâcher ses lèvres, pas forcément heureux de le faire pour autant, il éloignait son visage pour se mordiller les lèvres et l’observer longuement, sa main retombant sur la banquette de la voiture.

« C’est malin, maintenant je suis frustré. Je vais devoir vous regarder rentrer chez vous de ma voiture pour ne pas avoir d’autres envies derrière la tête. Vous n’allez pas m’en vouloir, hm ? » De ne pas la raccompagner jusque sa porte. « Vous accepteriez un second rendez-vous ? Même si celui là n’était pas aussi parfait qu’on aurait voulu, il est peut-être possible de rattraper le coup. »

Elle l’attirait, il n’y pouvait absolument rien, même son côté chiante ne gâchait même pas le tableau. Mais Angelus voulait prendre son temps, pour une raison qui lui était inconnue, aller trop vite n’était pas une bonne idée. Dans cette optique, il n’aurait peut-être pas dû l’embrasser comme il l’avait fait, mais c’était des choses qu’il ne contrôlait pas, ses envies, ses besoins. De toute manière, ils allaient bientôt se quitter, ils arrivaient déjà à quelques pâtés de maison de l’appartement du Rossignol.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Odalynn R. Nightingale

Odalynn
Odalynn


Profil
░ Nombre de messages : 4498
░ Copyright : Rose / Tumblr.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 22:38


La soirée avait été gâchée, d'une certaine manière, ou alors, on pouvait penser qu'elle avait pris une tournure bien plus inattendue qu'autre chose. C'était surement bien plus qu'Odalynn pensait sur le coup. Elle ne savait pas réellement ce qu'elle devait penser de ce diner qui avait tourné au fiasco, mais qui avait éveillé tout de même en elle, une attirance pour Liam. Une attirance dont elle n'arrivait pas à saisir les contours, parce qu'il y avait ce qu'il dégageait, mais aussi son caractère impossible. Les deux provoquaient une alchimie totalement incompréhensible dans l'esprit de la Fée. Elle aurait dû attendre sagement dans la voiture, à sa place, qu'il la ramène pour lui souhaiter une bonne vie - ou non vie - et lui dire à jamais. Et pourtant, son esprit était tiraillé, elle savait déjà qu'elle voulait le revoir, pour une autre soirée, pour un autre moment, ou même un autre affrontement. Moment de passion naissante qui n'avait de raison que celle qu'on lui donnait, Lynn s'était laissée submerger malgré elle, emportée par sa colère, par son caractère impossible comme il avait pu le faire en retour. Leur rencontre était finalement devenue un choc des titans, d'une certaine manière, parce qu'il s'agissait bien d'une collision entre deux états d'esprit qui n'étaient pas habitués à se retrouver confronté à aussi fort qu'eux.

Alors même qu'un geste était fait au chauffeur de la part d'Angelus, la Nightingale observait sans rien dire. Ils s'isolaient et pourtant, elle ne ressentait aucune crainte. Elle aurait pu en face d'un vampire aussi vieux - même plus vieux qu'elle, dans le fond - et de surcroit contrarié par son attitude. Mais cela, elle aurait dû y penser avant de l'ouvrir et de lancer le fond de sa pensée à sa figure. Paradoxalement, elle ne regrettait rien, bien au contraire. Elle appréciait ce moment de franchise, parce que simplement, maintenant, Rose savait qu'elle avait affaire à un homme qui ne baisserait pas la tête devant ses caprices. Et elle, elle devrait faire avec son caractère de cochon. Oui, de cochon, ça lui allait plutôt bien. A ses paroles, elle y comprenait des excuses alors qu'elle finissait par esquisser un brin de sourire, simplement pour faire comprendre que le message était passé. Un message lancé avec des paroles détournées. Avec n'importe qui d'autre, elle lui aurait demandé d'être plus clair, allant jusqu'à lui arracher des excuses en bonne et due forme. Mais dans le cas présent, ils venaient de faire un pas en avant, et Odalynn en était simplement satisfaite tandis qu'elle laissait échapper dans un murmure quelques paroles.

    « Je n'aurai pas dû m'emporter. »


Une réponse à ses excuses, ressemblant aux siennes. Tout n'était dit qu'a demi-mot. Mais cela semblait réellement suffisant à la Fée alors que finalement, il l'attirait à lui. Elle aurait pu reculer, revenir sur ses dernières paroles, mais elle ne le faisait pas. Son cœur battait pour ressentir sa proximité, son contact. Ses doigts serpentant à sa nuque lui arrachèrent un frisson. Sa température corporelle n'y était pour rien, c'était simplement ce sentiment qu'il éveillait en elle qui était l'unique responsable. Envie nouant ses entrailles, elle se rapprochait pour laisser ses lèvres effleurer les siennes jusqu'à donner corps à un baiser qui enchainait ses sens bien au-delà de la raison. Une de ses mains se relevait tandis qu'elle glissait ses doigts le long de son bras, remontant jusqu'à sa nuque, effleurant découvrant simplement ce fameux Liam qu'elle avait maudit quelques secondes plutôt. Enivrée par quelques secondes qu'elle ne voulait plus laisser s'écouler, Lynn aurait voulu que l'instant continue, encore et encore. Que la voiture ne s'arrête pas, qu'elle n'ait pas à en sortir, qu'elle n'ait pas à rentrer chez elle. Mais déjà, il détachait ses lèvres, créant une distance qu'elle ne voulait pas accepter. Gardant les yeux clôt, elle sentait son propre cœur s'emballer et se doutait qu'elle le portait à l'oreille indiscrète du Vampire, mais cela lui était égal. Sa main retombait lentement pour revenir dans les environs du bouquet de fleurs. Une inspiration était prise alors qu'elle rouvrait les yeux pour porter son regard améthyste sur celui d'Angelus. A ses paroles, un sourire s'esquissait sur ses lèvres tandis qu'elle penchait le visage sur le côté.

    « Nous allons être frustrés mais raisonnables. Ce n'est peut-être pas plus mal. » Et puis, elle ne voulait pas non plus qu'il voit en elle une fille facile au mauvais caractère. « Je ne vous en voudrais pas, non. » Pour une fois, c'était une bonne chose. Le sourire s'agrandissait légèrement à sa demande alors qu'elle observait ses traits avec attention. « J'accepterais, oui. Même s'il est aussi explosif que le premier, je pourrais m'en accommoder. Au moins, nous pouvons dire que nous brisons les conventions et laissons de côté les masques d'une pseudo bienséance qui n'est pas.. Utile. »


C'était une manière de voir les choses. Elle parlait pour résister à cette envie qui la tiraillait, cette envie qu'elle avait de se rapprocher à nouveau. Odalynn savait qu'elle allait bientôt arriver devant son immeuble, mais ce n'était pas pour cela qu'elle en était ravie. Finalement, la soirée avait gagné une tournure qu'elle n'aurait pas attendue. Les violines s'arrêtaient malgré elle sur les lèvres d'Angelus, elle se rapprochait pour venir les effleurer et lui prendre un nouveau baiser. Lourd de sens, lourd d'envie, elle n'avait pas su résister, elle qui était si.. Arrêtée sur le savoir vivre. Elle avait brisé ses propres conventions, pour un autre rapprochement qui embrumait ses sens et la faisait frissonner. Il lui plaisait réellement, il l'attirait plus que n'importe quel autre, et elle ne pouvait en expliquer la raison. Détachant ses lèvres, elle finissait par garder la proximité avant de finalement se décider à laisser échapper quelques paroles dans un murmure.

    « Voilà pourquoi j'ai fuis la première fois, pourquoi j'ai voulus fuir la seconde. » C'était une révélation, enfin, d'une certaine manière. « D'ordinaire, j'ai bien plus de tenu que .. ça. Mais il faut croire que vous faites exception, sur bien des plans. »


Oui, parce qu'Odalynn s'était juré de ne jamais côtoyer un vampire, et encore moins un homme qui était capable de la faire chavirer pour un baiser. Elle avait toujours été maitre de ses envies, et pour la première fois en une multitude d'années, voire de siècles, l'inverse se produisait. Malheur !

................................................
Le mariage du ciel et de l'ombre ❧



« Les meilleurs ennemis du monde..Voilà ce que nous sommes. Amorce de sourires et de bombes.. Et du mal qu'on s'donne. C'est toi contre moi, on s'y retrouve. On s'y perd. C'est toi contre moi..On se révolte, On se soumet. Mets-toi contre moi.. La guerre encore, On s'y fait. Mets-toi contre moi. Pourvu qu'on reste..Les meilleurs ennemis du monde. Et tant pis si on l'est..Le mariage du ciel et de l'ombre. Je te hais comme tu es. »


Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com/forum


Angelus L. Marsden

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 2756
░ Copyright : Rose, Hxcairy

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Dim 4 Déc - 23:28



Attendre sagement dans la voiture, voilà qui aurait arrangé les affaires du vampire. Il n’avait jamais été dans cette situation en plusieurs années de vie, siècles même. C’était bien plus compliqué qu’il n’y paraissait. Un homme normalement constitué aurait su immédiatement comment réagir face à son attirance pour une femme, lui, il avait joué avec le feu, il lui avait tourné autour, et maintenant il se prenait le revers. Les sentiments, c’était pas vraiment quelque chose qu’il connaissait par cœur, il savait que ce n’était que du faux, des brides d’une ancienne vie, mais quelque chose auquel il se raccrochait pour ne pas devenir un monstre. Il avait besoin de toute sa tête et non pas de toute sa fureur dans le rôle qui le réveillait chaque nuit, et il connaissait bien assez de vampires qui avaient oublié l’essentiel. Il trouvait ça triste. Il avait croisé la route d’un vieux vampire qui avait oublié l’intérêt du peu d’humanité qu’il lui restait, ce type était resté admirer le lever du soleil en expliquant à Angelus qu’il n’avait plus aucune raison d’exister. Quand on avait le pouvoir, et bien assez de personnes à ses pieds, quel était le véritable but d’une existence vampirique ? En apprendre encore plus jusqu’à s’en gorger complètement ? Non. Angelus ne voyait pas les choses de cette manière, bien qu’il n’ait jamais cherché un véritable but à sa non-vie, en vérité, il lui était tombé sur le coin de la gueule au Marché Surnaturel. Bien entendu, si Lynn n’avait eut aucune ressemblance avec sa femme, il n’aurait pas ressenti ce pincement, pour sa part, c’était encore plus bizarre, mais loin d’être surfait. Quand il la regardait, et depuis qu’il l’embrassait, il avait cette sensation étrange qui grimpait, celle qui lui disait que ce n’était pas un hasard, et qu’il avait un bout de chemin à faire avec elle. Peut-être avait-il tord, mais il ne voulait pas se l’avouer, caractère de cochon ou pas.

Un sourire qu’il finissait par lui rendre quand elle lançait sa pseudo-excuse, il n’en attendait pas moins d’elle, il ne l’aurait pas imaginé entrain de prononcer les mots qu’il ne prononçait jamais. Voilà pourquoi tout était parti en cacahuète, parce qu’ils se ressemblaient bien trop, parce qu’ils étaient deux meneurs qui refusaient de baisser les yeux devant quelqu’un d’autre. Des notions qui l’avaient agacé, mais qui avait aussi attiré son attention vers elle. Des notions qui l’avaient fait flancher une fois de plus pour connaître un certain salut sur les lèvres chaudes de Lynn. Même si les deux premiers baisers avaient été rapides, il n’avait pas encore eut le temps de se rendre compte à quel point ce geste était salvateur ou encore prometteur. Ce n’était pourtant rien d’autre qu’un baiser, sans pour autant trop toucher, ou trop se lancer, quelque chose de timide sans l’être, histoire de tâter le terrain, histoire de lui montrer qu’il en avait envie, que ce n’était pas qu’une simple histoire de vengeance. Mais le pire était sûrement ce détachement qui venait ensuite, après un moment où la lumière s’était allumée, il y avait de nouveau les ténèbres qui tombaient. Il voyait ce sourire qui étirait les lèvres à peine maquillées, observant le moindre détail de son visage pour se rendre compte à quel point elle était agréable à regarder, à quel point elle lui rappelait ce qu’il avait perdu et ce qu’il pouvait à présent récupérer.

Un hochement de tête, ils allaient être frustrés mais raisonnables, et surtout, il n’avait pas le choix. Angelus se voyait mal lui expliquer certains de ses rituels quand il avait soudainement l’envie d’aller plus loin avec une femme, elle n’accepterait pas, et lui, ne pouvait pas s’en empêcher. Ce n’était ni le moment, ni le lieu pour discuter de ce genre de choses, ou même d’y penser. Non, il ne fallait penser à rien, mis à part à un prochain rendez-vous peut-être vu qu’elle venait d’accepter de le revoir. Sans le vouloir, il esquissa un nouveau sourire ravi, ce qui montrait bien qu’il semblait apprécier son geste. Même s’ils pouvaient s’avérer insupportables, ils avaient tout de même envie d’essayer une nouvelle fois. Il ne pourrait pas se permettre d’oublier les baisers qu’ils avaient partagé, bien trop heureux de les réitérer. Ce fut dans cette optique qu’il marmonna sur le ton de la confidence.

« Pourtant je suis très bien élevé, je ne suis pas du genre à vouloir briser une quelconque bienséance, même pour un diner. Avouez que des sourires posés et un comportement exemplaire sont bien plus agréables que des hurlements et des grincements de dent. Par contre, la bienséance est un peu ennuyeuse. Appelez-moi, si vous avez d’envie d’aller quelque part, je vous laisse le choix du lieu cette fois-ci. »

Il n’allait pas mener la danse tout le temps vu ce qu’il avait en face de lui. Elle était aussi du genre à vouloir contrôler, et puisqu’il l’avait invité au restaurant, elle allait pouvoir choisir où elle voudrait qu’il l’emmène, bien entendu, c’était toujours lui qui allongeait les billets, et ce n’était pas négociable. Il ne savait jamais quoi faire avec son argent d’ailleurs. Mais malgré cette pseudo discussion qu’ils étaient entrain d’avoir, il n’y avait pas eut la distance, quelques centimètres de décalage pour éviter de sombrer encore entre ses lèvres, à défaut de sombrer dans ses yeux améthystes d’ailleurs. Il avait entendu, senti, ce cœur qui s’emballait, et qui recommençait à battre la chamade, ce qui remplaçait le sien qui ne le faisait plus. Maintenant qu’ils avaient commencé, ils ne s’arrêtaient décidément plus, ce qui n’était pas forcément une bonne chose pour rester parfaitement raisonnable. Une fois encore, les lèvres se rapprochaient pour se toucher, pour s’emmêler, ce qui n’aidait pas franchement le vampire à garder un semblant de bonne conduite, surtout quand sa main finissait à la taille de Lynn pour finalement se plaquer dans son dos, sous le manteau, histoire qu’elle se retrouve plaquée contre lui, et d’ailleurs, carrément sur lui. Il n’avait suffit que d’un seul baiser en plus pour que son instinct reprenne le dessus malgré lui, les canines prenant peu à peu le pas sur celles bien plus humaines et acceptables dans leur taille. Se rendant d’ailleurs compte bien assez tôt, il réussit à les ranger sans qu’elle n’en remarque la présence. Les lèvres serrées, il reposait ses yeux sur elle quand la distance fut de nouveau de mise.

Incompréhension, voilà l’expression qui peignait les traits d’Angelus, pourquoi elle avait fuit.. Ah, oui, elle avait vraiment fuit la première fois ? Et elle avait vraiment voulu le fuir la seconde ? Il ne comprit l’intérêt de ses paroles qu’au moment où elle lui donnait cette explication particulièrement simple sur une histoire de tenue. Il aurait pu en rire mais ne le fit pas, non, il glissait simplement un index sur la joue du Rossignol, remarquant à quel point cette dernière était appréciable au toucher, douce, et il voulait bien l’avouer, elle sentait divinement bon aussi. Le seul problème ? Il ne savait pas si cette odeur était alléchante pour le vampire ou pour l’homme, il se poserait la question un peu plus tard.

« J’apprécie les femmes entreprenantes. Avoir de la tenue, c’est bien, mais dans certaines circonstances, ça fait très.. Coincé en fait. Je préfère quand vous n’en avez aucune, ça me permet de ne pas culpabiliser quant à mes pensées bassement animales. »

Il retint un rire amusé alors que la voiture venait juste de s’arrêter, le vampire détachait son regard du visage de Lynn pour reconnaitre la rue par la fenêtre. Le chauffeur s’était garé devant l’immeuble, elle n’avait que quelques pas à faire pour s’y sentir en sécurité. Il était un peu déçu de la quitter aussi tôt, ou de la quitter tout court d’ailleurs, mais c’était la meilleure chose à faire, la meilleure en son sens. Les azurs revenaient donc se poser sur la jeune femme, la déception se lisait sur ses traits, mais il ne voulait de toute manière pas la cacher.

« Je crois que votre carrosse est arrivé à bon port. Je vais vous laisser retrouver vos draps, en espérant que vous aurez une petite pensée pour moi. J’attendrais votre appel avec impatience Miss Nightingale. Et préparez-vous, au prochain rendez-vous, je commencerais à vous tutoyer. »

Lentement, il posait ses lèvres sur la joue de la demoiselle, puis le bout de son nez avant de relâcher l’étreinte qu’il avait eut sur elle afin de lui laisser le contrôle de tout mouvement. Il n’allait pas sortir, mais l’observer par la vitre, il n’avait pas le cœur à lui dire au revoir sur son palier.

................................................

« Never thought that would happen. I didn´t dream that big and I am a pretty big dreamer »
« I think the chain broke away and I felt it the day that I had my own time. I took advantage of myself and felt fine, but it was worth the night. I caught an early flight and I made it home » BURIED MYSELF ALIVE-THE USED


Revenir en haut Aller en bas
http://www.l2equiem.net


Contenu sponsorisé




Profil

Perso'



MessageSujet: Re: « You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale Aujourd'hui à 3:57


Revenir en haut Aller en bas
 

« You're such a bitch, but I'm your lover » Ft Odalynn R. Nightingale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Si une âme charitable veut bien m'aider (a)
» Nightingale
» Je blablate, tu blablates, il blablate ... (86eme edition)
» Sochanna, 26 ans
» NOUVEAUTÉS ☞ SAISON CINQ.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REQUIEM V.2 ◑  :: 
♦•.New Orleans.•♦♦•.New Orleans.•♦
 :: 
Le Quartier Français
 :: 
Chez Antoine
-



Voir la Carte
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com