FORUM FERME ! VOUS POUVEZ NOUS RETROUVER SUR
AES . SIDHE






Partagez | 

 

 Night Fever җ CIARA&AEDHAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité


Profil

Perso'



MessageSujet: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Sam 26 Nov - 16:34







« NIGHT FEVER. »


Nuit noire, du brouillard. Une nuit comme il les aimait, aussi noire que l’encre, à vous en glacer le sang et vous retourner l’estomac. C’est que la nuit laissait place aux autres habitants de la Nouvelle-Orléans, le genre de personnes que les humains dits « normaux » ne voulaient pas forcément rencontrés, sauf s’ils étaient fous de curiosité. Le vampire l’avait été à l’époque, curieux, et il ne le regrettait pas aujourd’hui. Aedhan ne pouvait comparer son époque à celle-ci, de toute façon s’il était resté un pauvre humain il serait probablement mort de faim ou aurait déjà été guillotiné sur le territoire Français, autant dire que sa « non-vie » était une franche aubaine et il serait bien gonflé de cracher dessus. Frottant sa veste nonchalamment, il passa la porte de l’entrepôt qui abritait sa petite arène fétiche. Les aboiements raisonnaient jusqu’à ses oreilles en un brouhaha toujours aussi agaçant. Toutefois il en avait fini pour ce soir, après avoir ramassé ses gains, il les avait laissé là à leurs entrainements et autres séances de beuveries supposées être consolatrices. Rangeant ses billets dans l’une des poches de son jean, il s’arrêta un instant, juste le temps de s’allumer une cigarette et d’en prendre une bonne bouffée. Il s’était défoulé, était en pleine forme, il pouvait donc passer dans son club privé préféré, qui sait, il passerait peut-être même dans son autre boîte de nuit préférée, celle avec plein de jolies filles… Oh oui, rien que d’en parler ça le faisait déjà saliver d’envie. Autant dire que la non-vie d’Aedhan n’était pas des plus rudes et compliquées. Le pire était derrière lui, plus aucune tête coupée, plus de barbares aussi crades que la boue, les dents jaunis par le surplus de bière ou encore aussi poisseux que des porcs engraissés. Rien que d’y penser, le vampire aurait pu avoir un haut le cœur, si toutefois l’idée de ce genre de « choses » fut encore un sujet peu ragoûtant pour lui. Bien sûr, c’était moche, et répugnant, mais bon… Pas plus que voir des trippes à l’air hein. Aedhan haussa les épaules négligemment et reprit son chemin vers le centre ville.

Il mit plusieurs minutes pour arriver au Bloodlust, il prenait son temps, même si la nuit était bien engagée depuis quelques heures, il lui en restait tout autant pour s’amuser. Ecrasant sa cigarette sur le sol, il retira un poil qui s’était retrouvé sur sa langue. « L’inconvénient de bouffer du chien sans doute. ». Il souffla et observa l’entrée un instant, Ciara avait fait sa bien. Penchant la tête sur le côté il passa la porte après avoir patienté quelques instants, l’un des videurs le reconnut sans mal et le laissa passer. Il avait plutôt intérêt car il n’aurait pas apprécié qu’on lui refuse l’entrée alors qu’il était de bonne humeur. Le vampire n’avait jamais vraiment été « du matin », dans le cas présent on pouvait dire « du début de soirée ». Lorsque la faim le tenaillait, il ne pensait qu’à ça, encore pire lorsqu’il devait n’utiliser que sa tasse lourde d’ironie. La mauvaise humeur s’en allait toujours dès que le sang avait coulé, par quelques moyens que ce soit. Aedhan ne reniait pas ce qu’il était devenu, certains parlaient de malédiction ou autre chose du genre, oui, la non-vie avait quelques inconvénients, mais lui, il y trouvait beaucoup plus d’avantages. Sa vie d’avant s’était mal finie, elle était devenue un enfer vivant, alors comparer une vie mortelle en tant que pauvre écossais paumé avec une non-vie faite d’amusement, le choix était vite vu pour le gaillard. Et puis, ce n’était pas comme s’il n’avait pas choisi, sa curiosité l’avait emporté, et il s’était plus ou moins porté garant. Acceptant le cadeau que Ciara lui offrait sur un plateau d’Argent. Elle avait été son opportunité, le moyen pour lui de changer complètement de vie, et de voir du monde. Car l’Ecossais n’aurait jamais pensé aller aussi loin de son vivant, l’Amérique vous imaginez ? Il avait suivi son Sire sans broncher, bien sûr les premiers mois, voir même les premières années furent compliquées, difficiles. Entre un Prince de Louisiane réticent à l’accepter, et l’éducation vampirique. Parlons-en de l’éducation, Aedhan n’était peut-être pas un cancre, mais l’éducation et lui ça avait toujours fait deux, son père aurait même pu en témoigner ! D’ailleurs, si celui-ci le voyait aujourd’hui, il serait capable de lui envoyer un pieu en plein cœur, ou pire, il se retournerait dans sa tombe. Cette pensée fit sourire le vampire tandis que la musique bourdonnait dans ses tympans, le ramenant soudainement face à la réalité qu’il s’était créé.

Ce sourire, il le garda jusqu’à la porte du bureau de Ciara. Il s’était bien défoulé, réellement, et il comptait bien s’amuser sereinement maintenant. Une idée traversait d’ailleurs déjà sa tête. Quitte à protéger son sire des prétendants, autant le choisir le prétendant ! Et puis elle ne s’amusait pas assez, cloîtrée dans son bureau sur ses papiers, verre fin et délicat posé juste à portée de main. Passant une langue sur ses lèvres il tourna gentiment la poignée et entra dans la pièce sans demander son reste. Avait-il encore besoin de frapper à la porte ? Peut-être oui, mais à ses yeux clairement pas… Il savait exactement comment la faire réagir et sortir d’ici, car oui… Pour mettre en place son coaching, fallait-il encore que la cible se trouve dans la pièce concernée à observer les humains frais et clinquants remuer leurs popotins. Tout sourire, et fier, il déposa une liasse de billets sur le bord du bureau de la brune et se laissa tomber dans une chaise, remettant ses mains dans les poches sans quitter son Sire des yeux, son éternel sourire perché aux lèvres.

« Hey you. Toujours coincée entre ces quatre murs, tu ne t’amuses donc jamais ? ».

Il sourit de plus bel puis se pencha en avant pour montrer la liasse qu’il avait reprit entre ses doigts.

« Un petit cadeau. Ils étaient chauds ce soir, et comme d’habitude, ils sont tombés dans le panneau. La star du soir ? Rambo. ». Il pinça les lèvres faisant mine de réfléchir avant de plisser le nez. « Pourquoi donnent-ils toujours ce genre de noms minables à leurs chiens ? C’est pas parce que le type a des muscles aussi gros qu’un crocodile que le chien va être constitué de la même manière ! La preuve que ça ne sert à rien, Rambo a passé l’arme à gauche… ». Il prit une mine désolé. « R.I.P. ».



Revenir en haut Aller en bas


Ciara A. Ó Mordha

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 97
░ Copyright : Rose. / Rose.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Sam 26 Nov - 23:06



« Seriously ? »

Silence contre basse faisant trembler les murs, Ciara s'était habituée, depuis le temps, à l'ambiance qui battait son plein de l'autre côté. Les humains dansant au rythme d'une musique qui les faisait suer d'émotions. Elle pouvait ressentir chacune d'entre elle, mais évitait soigneusement, le plaisir devait être ponctuel. La drogue qui lui donnait sa raison d'être moins froide qu'elle ne l'était ne devait jamais à devenir une nécessité. Trop mesurée, trop concrète dans sa manière de voir, la Vampire était du genre presque.. Rigide. Rare était les fois où elle parvenait à sourire, simplement parce qu'elle n'en avait pas envie. Le sang coulant, la peur enveloppant une silhouette humaine pouvait la charmer pendant quelques secondes, étirant ses lèvres, offrant un moment de répit à son attitude presque exécrable pour le commun des mortels. Mais tout n'était que temporaire, rien de plus, rien de moins. Retenant un soupir, elle avait vite fait d'attraper un dossier en défaisant d'une main le bouton de sa veste de tailleur noir. Le regard passant sur les lignes qui se présentaient à elle, il s'agissait d'un nouveau vampire qui ne s'était pas présenté à son Sire, et qui avait décidé de n'en faire qu'à sa tête. Tient, il ne manquait plus que ça. Mémorisant simplement son nom, elle relevait chacune de ses habitudes, retraçant mentalement ses lieux préférés, dessinant sa vie sur un plan, elle le trouverait, elle lui arracherait la langue avant de lui couper la tête et possiblement de le bruler. C'était intéressant de voir un vampire bruler, elle aimait bien procéder de cette manière. Elan de sadisme qui lui ressemblait bien, il s'essoufflait tandis qu'elle retombait dans une léthargie mentale, le dossier était rangé dans un tiroir.

Le suivant, ce n'était qu'une histoire d'argent. Le club et sa gestion, que c'était humain.. Mais au diable l'humanité, c'était avant tout nécessaire. Observant les comptes, tout semblait rouler au mieux. Le visage penché sur le côté, une foule d'émotions venaient en quelques secondes lui frapper le visage, la forçant à redresser le menton. Aedhan.. Ca ne pouvait être que lui, forcément, pour bouillonner ainsi. Se refermant tout de suite à tout ce qu'elle pouvait ressentir, le regard restait rivé sur le dossier.

La porte s'ouvrait et il n'y avait pas l'ombre d'un étonnement quand elle voyait du coin de l'œil la silhouette de son infant s'imposer dans son bureau. Bordel, elle aurait pu s'énerver, mais elle ne le faisait pas. Elle ne le faisait jamais. Il savait très bien que son Sire préférait un élan de politesse à une démarche sauvage, mais il avait son caractère et c'était également ce qui faisait qu'elle l'avait choisi. Alors même qu'il commençait à parler, les émeraudes se détournaient furtivement des lignes de son dossier pour se porter sur la liasse de billets. L'écoutant déblatérer un lot de paroles qui aurait pu n'avoir aucun sens, ce n'était pourtant pas le cas pour elle. Il avait encore participé à un combat de chien. Il n'avait donc que ça à faire de son existence ? Ou de sa non vie ? .. Apparemment, oui. Le dossier était refermé pour être déposé soigneusement sur la pile qui trônait un peu plus loin sur le bureau. Le regard dressé enfin sur Aedhan, elle l'observait longuement sans décrocher un mot. Ciara aurait pu sourire, elle aurait pu réagir à ses paroles qui étaient presque .. Drôles. Mais non, il n'y avait qu'un sourcil qui se haussait alors qu'elle l'observait avec un certain scepticisme.

    « J'ai l'air d'avoir besoin d'argent ? » C'était un cadeau Ciara.. Non mais franchement. Elle reprenait d'ailleurs sur un ton égal. « Je m'amuse là, je suis en train de bosser. Et bosser m'amuse.. »


Ah.. Eh bien, ça ne se voyait absolument pas. Est ce qu'elle le savait ? Oui, la Vampire n'était pas sans ignorer que ses habitudes étaient mortelles d'ennuis pour une majorité de monde. Mais pour elle, c'était largement suffisant. Se redressant légèrement en dégageant une mèche brune, les jambes se croisaient. Entièrement habillée de noir, elle portait cette veste de tailleur sur un haut noir satiné dont le décolleté accueillait un collier au rubis scintillant. Le pantalon droit tombait sur des hauts talons vertigineux. Être un glaçon n'empêchait pas d'avoir un certain style et d'être sobrement sombre dans sa manière d'être. Le coude se posant sur l'accoudoir de son fauteuil, elle accueillait son menton en détaillant Aedhan.

    « Rambo.. » Tient, ça avait le mérite de la laisser songeuse. « Quel nom merdique. L'imagination se fait rare, malheureusement. » C'était peu dire. « Qu'est-ce que tu fais là ? Tu fais partager tes exploits ? »


Il avait surement une raison d'être là, et autant dire que Ciara aurait aimé savoir ce qu'il voulait. N'était-elle pas ravie de le voir ? Si.. Seulement, cela ne se voyait pas.

................................................
SWEET SACRIFICE « Fear is only in our minds.. taking over all the time. Fear is only in our minds, but its taking over all the time. You poor sweet innocent thing.. Dry your eyes and testify. You know you live to break me.. Don't deny, Sweet Sacrifice. »


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


Profil

Perso'



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Dim 27 Nov - 13:09






« YOU’RE SO SWEET. »


Frapper avant d’entrer. Quelque chose qui était supposé être une habitude mais qui ne l’était pas franchement pour l’Infant de la brune. Oh, si, bien sûr qu’il avait été éduqué, même deux fois, mais c’était à croire qu’aucune des deux n’avait réellement réussi à lui apprendre ce qu’était la politesse. Aedhan n’était pas stupide, loin de là, il savait quand il pouvait abuser ou non, et dans le cas présent, il avait envie de taquiner son Sire préféré comme il savait si bien le faire. Alors il s’était laissé tomber sur la chaise, observant Ciara faire la même chose encore et encore, même s’il ne connaissait pas les détails de toute cette paperasse – et c’était mieux ainsi- il avait bien l’intention de la faire sortir de ce bureau. Planquée ici aux yeux de tous, elle s’éloignait toujours un peu plus du monde, de cet amusement auquel le vampire aimerait qu’elle goûte de temps à autre. Pour marquer son arrivée, il s’était immédiatement mis à parler tout en déposant un petit cadeau sur le bord du fameux bureau, oh il savait bien qu’elle n’avait nullement besoin d’argent, mais comme il l’avait lui-même gentiment dit, c’était un « cadeau ». N’avait-il pas le droit de lui offrir des choses ? Le regard que lui jeta son Sire ne le surprit pas du tout, pire, ça le faisait royalement sourire même. Aedhan n’avait jamais pour but de se moquer ouvertement d’elle, ses sourires n’étaient que le résultat d’une envie constante de s’amuser et de prendre la majeure partie des choses avec légèreté. C’était ça ou la crise de colère, et à choisir entre les deux, valait mieux avoir un Kingkade souriant en face de soi. Ciara avait toujours eut ce don à le faire sourire, et il regrettait parfois amèrement de ne pas toujours réussir à inverser la tendance. La voir sourire serait l’une de ses plus belles réussites. Plus de 200 ans qu’il essayait et il avait eut quoi ? Une bribe de sourire nerveux ? Il ne savait même pas si c’en était réellement un en fait…

Sourire aux lèvres il passa sa main sur son front avant de rapprocher son siège du bureau et de pousser la liasse de billets vers elle sans pour autant jeter un coup d’œil aux dossiers étalés. Il était curieux mais pas suicidaire.

« Personne n’a dit que tu avais besoin d’argent. Connais-tu le sens du mot « cadeau » ? Prend ça comme de l’argent de poche, rien d’autre. Ou un pourboire si tu préfères mais quand il y’a pourboire il y’a échange de service et là… ».

En entendant la réponse, il s’accouda au bureau en soupirant et tournant lentement la tête de gauche à droite.

« Bosser t’amuse ? Tu me feras pas croire ça, tu fais ça tous les soirs, voir même toutes les nuits quand tu n’es pas en train de traîner je-ne-sais-où. Nous n’avons pas la même définition de « l’amusement » alors. ».

Fin sourire en coin tandis qu’il se renfonçait dans son siège, ne touchant plus le bureau. Oui pas plus de cinq minutes sinon ça pouvait être le drame. Il le supposait, s’en doutait et la cherchait. Ses combats de chiens il adorait ça, il regrettait presque de ne pas avoir un réel adversaire à sa taille, et il s’amusait comme il pouvait. Prendre les paris, gagner, c’était tout ce qui importait non ? Grâce à ça, il avait assez de temps pour flâner lorsqu’il ne se trouvait pas dans un endroit saugrenu ou même dans un lit féminin. Aedhan savait que ce n’était pas toujours très légal et qu’il pouvait risquer gros à user de sa capacité comme ça mais il aimait tellement ça, s’adonner à l’instinct purement bestial lui permettait de se « détendre », de se dégourdir, autrement dit, sans être vital, cette envie de combat était viscéral chaque fois qu’il prenait les paris, observant du coin de l’œil les animaux se blesser à coups de mâchoires et de griffes. Ca le laissa songeur quelques instants d’ailleurs. Il ne fut sortit de sa rêverie que lorsque ses prunelles croisèrent le collier de son Sire. Sire qui parlait du nom de la star de la soirée qui était six pieds sous terre à présent. Le vampire sourit malicieusement en voyant qu’ils partageaient la même opinion concernant le nom de ce défunt chien puis il pencha la tête sur le côté en guise d’acquiescement à sa remarque. L’imagination oui, ils en manquaient bien ces pauvres humains. En parlant d’humains d’ailleurs, il faudrait peut-être qu’il songe à trouver une jolie fille délicieuse pour cette nuit. Tournant la tête pour observer un peu plus la pièce, les prunelles émeraude d’Aedhan se reposèrent sur Ciara qui osait enfin poser la question tant attendue, et tellement… Logique. Lèvres pincées il haussa les épaules, l’air peu concerné avant de récupérer son éternel sourire et de remettre les mains dans ses poches.

« Je suis juste venu voir le Sire le plus sexy de ma non-vie, c’est mal ? ». Nouveau sourire, un tantinet provocateur celui-là, puis il reprit de but en blanc. « Je suis venu sur mon terrain de chasse préféré, j’ai toute la nuit devant moi pour trouver et tu sais bien que dans ce club il y’a de très bons partis. ». Il se redressa, se levant de sa chaise, faisant mine de s’en aller avant de pointer son index vers le plafond et de se retourner à nouveau vers elle. « Oh j’allais oublier. Je suis passé par ton bureau parce que je pensais que tu serais ravie d’apprendre qu’un petit merdeux fout le bordel dans ton club et qu’aucun de tes employés ne sont fichus de faire quelque chose. ».

C’était ça son excuse pour la faire sortir d’ici ? Peut-être bien, à voir maintenant si ça fonctionnait ou non…


Revenir en haut Aller en bas


Ciara A. Ó Mordha

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 97
░ Copyright : Rose. / Rose.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Lun 28 Nov - 22:33


Aedhan était le genre de Vampire à insister, encore et encore, jusqu'à ce que finalement, la personne en face de lui cède misérablement. Cependant, Ciara n'était pas celle qui avait envie de céder. A son trop plein de sourire, elle savait qu'elle avait l'option de fermer les yeux. A ses remarques, elle pouvait faire la mer entre les deux oreilles. Et à son trop plein d'émotions.. Elle se renfermait comme une huitre. Alors forcément, il avait toutes les peines du monde à la faire avancer vers une humanité qu'elle avait perdue depuis longtemps. De son vivant, elle ressemblait déjà à cette femme sans l'ombre d'un sourire et de sentiments. Les sourires étaient rares, tout comme ses réactions. On l'avait cru sous le choc d'une vie dont elle ne s'était pas remise, une vie dont Angelus l'avait sorti et même sauvé. Ciara, elle, n'en savait absolument rien et avouons les choses comme elles étaient, elle n'en avait absolument rien à faire. Gardant le dos contre le dossier de son fauteuil, elle nouait ses mains sous sa poitrine tandis qu'elle gardait ses émeraudes sur son Infant. L'observant, lui et ses sourires, elle ne relevait pas cette histoire d'Argent, de cadeau. Ah si, elle haussait les épaules. My god ! C'était ce qu'on appelait une fameuse réaction. Mais franchement.. C'était tout. Il n'avait pas le droit à d'avantage. Pinçant les lèvres, elle avait un air encore plus austère, et presque sévère, pourtant, dans son regard se lisait presque un je-m'en-foutisme qu'Aedhan était capable de faire ressortir en elle de manière fameuse, un peu comme .. Le fluorescent dans le noir total. C'était toujours mieux que rien.

Alors même qu'elle entendait cette histoire de boulot, elle se rendait bel et bien compte qu'elle passait son éternité à exécuter les mêmes taches, mais cela n'avait pas de réel impact. Elle ne ressentait pas la lassitude, ni le ras le bol. Peut-être bien parce qu'elle ne ressentait.. Rien. C'était vraiment dur d'être une Vampire comme elle. Elle pouvait passer une éternité assise dans un coin qu'elle ne réagirait p.. Ah si, elle réagirait, simplement parce qu'elle trouvait son bonheur dans le massacre, dans son rôle d'Archonte. D'ailleurs, c'était bien pour ça qu'elle le remplissait à merveille. Penchant le visage d'un côté, puis de l'autre, elle finissait par se décider à répondre aux paroles d'Aedhan sur un ton.. Égal ? Oui, on avait à peu près compris l'idée.

    « Je ne traine pas. Tu veux savoir ce que je fais ? Je coupe la tête de vampire. Je les brule quand je ne les pends pas par les pieds pour les vider de leur sang jusqu'à les dessécher et les punir comme il le mérite. Il m'arrive parfois aussi de les ficeler en haut d'un bâtiment et de les laisser jusqu'à ce que le soleil les consume. Ce qui est bien, c'est que je suis certaine que personne ne va jamais les chercher.. Je vérifie toujours les restes. Et puis, ils sont tellement désespérés qu'ils préfèrent mourir que fuir, parce que si je les rattrape, je les découpe en morceaux. Je commence par les doigts, puis les bras, ensuite les orteils, les jambes, et je remonte progressivement. Je pourrais d'ailleurs penser à leur faire manger leur propre organe.. T'en pense quoi ? »


Et là ? Il était satisfait de la réponse de son Sire ? C'était suffisamment représentatif du plaisir et de l'amusement qu'elle ressentait à massacrer ceux qui méritaient de l'être. Un sourcil se haussait ensuite face à son sourire alors qu'elle retombait dans un silence de .. Mort. Perplexe devant la raison de sa visite, elle attendant pendant quelques secondes, passant outre la provocation. Quoique.. Non, elle n'allait pas passer outre. La Vampire attendait quelques secondes avant de finalement reprendre tranquillement.

    « Va donc dire à Liam que tu me trouves sexy. Je vais peux être en rire. »


Non mais en plus, elle se moquait de lui ? Oui, mais ça ne se voyait pas. Au moins, elle faisait des efforts pour parler, on ne pouvait pas dire le contraire. Concernant son club, elle ne faisait que confirmer d'un signe de la tête bravement. Évidement que son club regroupait de bonnes parties.. C'était d'ailleurs pour ça que c'était son club. Par contre, la fin lui faisait ouvrir la bouche pour mieux la refermer. Lasse, elle se levait en laissant échapper un soupir de ses lèvres. Sa veste était replacée machinalement par deux de ses doigts alors qu'elle ouvrait la porte. S'arrêtant sur le seuil, elle prenait le temps d'analyser l'endroit d'un coup d'œil, puis .. Ressentant les émotions ambiantes, une véritable bouffée de chaleur l'envahissait. Bouffée factice qui enivrait ses nerfs avant que finalement, elle referme tout lien avec les émotions des autres, la porte était claquée d'un geste trop sec. La tête lui tournait presque, comme si elle avait ingérée une drogue. Elle.. Planait. Fermant les yeux, elle tentait de garder contenance.

    « Il n'y a aucune bagarre. Rien de tout ça. T'as essayé de m'arnaquer.. » Le regard de Ciara se teintait d'une nuance un peu trop dorée pour être naturelle alors qu'elle observait Aedhan. « Tu veux que je te fasse bouffer ton orteil ? Avec un peu de persil, il peut avoir bon gout. »


Et en plus, elle se retenait de sourire. Il avait gagné.. Ou pas.

................................................
SWEET SACRIFICE « Fear is only in our minds.. taking over all the time. Fear is only in our minds, but its taking over all the time. You poor sweet innocent thing.. Dry your eyes and testify. You know you live to break me.. Don't deny, Sweet Sacrifice. »


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


Profil

Perso'



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Jeu 8 Déc - 19:22







« SO CHARMING… »


Ne résonnait qu’un brouhaha sonore. Le bureau, relativement bien isolé, permettait tout de même de deviner la musique exacte qui passait dans l’ensemble du club. S’il n’avait pas eu la superbe idée de passer par le bureau de Ciara avant d’aller chasser, il serait probablement déjà à l’œuvre. Il en avait d’ailleurs déjà repéré quelques unes. De très bons partis oui, il tentait vainement de le faire comprendre à la brune mais celle-ci semblait camper sur ses positions. Pour changer… Aedhan n’était pas convaincu des excuses de son Sire, à vrai dire, il n’y a que quand elle s’énervait qu’il était plus ou moins convaincu, et encore… Tout sourire, il restait inexorablement dans son siège, plutôt bien installé, nul doute qu’il allait rester ici pendant encore quelques minutes. Elle s’amusait ? Ici ? Jetant un coup d’œil autour de lui et hocha la tête, c’était impossible de s’amuser dans une pièce aussi restreinte et éloignée de tout. Lorsque Ciara reprit enfin la parole, il se contenta de pencher la tête sur le côté, face à sa question. Et là, elle se mit à détailler. Le sourire du vampire disparut sans pour autant laisser place à un air de dégoût, non clairement pas, il était plus en train de la regarder avec de grands yeux ronds, l’air… Entre le blasé et le « tu plaisantes ? » en mode ralenti, voir drogué. Puis, lorsqu’elle eut terminé il lui offrit un grand et large sourire hypocrite.

« Je pense que nous avons chacun notre conception de l’amusement. ». Il acquiesça frénétiquement en fermant les yeux. « Hinhin. ».

Vint la question enfin tant espérée, celle où elle s’interrogeait sur la raison de sa visite. Inutile de dire qu’il fallait se faire original, alors il entama par la raison qui pourrait être la plus logique. Exagérant un peu l’image, il récupéra son sourire et sa bonne humeur, à croire que les détails morbides ne l’avaient pas effrayé pour autant. Si elle découpait des têtes de vampire, lui déchirait des trachées de chiens jusqu’à en mettre partout alors… Lui aussi pouvait jouer dans le dégueulasse si elle voulait ! Peut-être qu’il n’était pas son Infant pour rien finalement… Plissant le nez il hocha la tête, acquiesçant à sa pensée personnelle et fut sorti de sa rêverie quand elle parla à nouveau. Oh elle parlait ! Aedhan rit face à la réflexion de Ciara. Oui, pour lui c’était drôle.

« Qu’est ce qu’il y’a de mal à trouver son Sire sexy ? C’est comme si tu disais à ta mère « tu es belle », je doute qu’il m’envoie l’un de ses chiens aux trousses pour ça. Il me connaît, il sait comment je suis. ». Pour appuyer ses dires, il lui servit un superbe sourire colgate, décidément il n’arrêtait jamais.

Après tout pourquoi se priver ? Elle taquinait, il taquinait, bien qu’elle ne fasse plus peur que lui. Oui, le vampire avait parfois du mal à savoir où se plaçait les limites mais il y’allait, testant le terrain. Combien de fois avait-il souhaité la faire exploser, ou encore la faire rire, à force de sembler si soucieuse elle allait en attraper des rides, ah bah tiens, il venait de trouver son cadeau d’anniversaire. En trouvant le parfait cadeau il en eut comme un sursaut. Nul doute qu’il pourrait avoir l’air ridicule à avoir comme des soubresauts sur sa chaise. Hyperactif jusqu’au bout des ongles cette nuit. Il attendit quelques secondes supplémentaires avant de se lever et de terminer sur par son faux prétexte pour la faire sortir, sa « fausse raison » pour passer du temps avec elle, et la faire bouger. Oui, Aedhan aurait pu passer pour un coach sportif pour le coup, ou un coach d’il ne savait quoi. Reprenant son sérieux, il fit mine de sortir et lui expliqua que certaines personnes allaient réduire son club en cendre à force de se tabasser, mais manque de bol, c’était faux tout ça. Quoi que, valait mieux pour eux que personne ne se batte. S’écartant pour laisser passer son cher Sire, il la vit ouvrir la porte. Sachant pertinemment qu’elle serait occupée à chercher une quelconque bagarre le temps de quelques secondes, il s’éclipsa en vitesse jusqu’au bureau et piqua les clés. Etape une : réussie. Maintenant il allait falloir trouver une seconde raison valable pour la faire définitivement sortir de sa pièce, et plus loin que le pas de sa porte. Se remettant à sa place tel un coup de vent il avait mis ses mains dans les poches et l’observait d’un air innocent. Le vampire haussa les épaules face à la remarque de la brune. « Tu es sûre ? Oh bah ils ont dû se calmer. ». Il sourit légèrement, mains toujours dans les poches. L’Ecossais offrit sa première grimace qu’en entendant la menace de Ciara. Attrapant une moue légèrement boudeuse il croisa les bras et signa à la négative. « Je risquerais d’avoir une indigestion, tu le sais bien. Donc je passerais l’offre avec joie. ». Il se rapprocha d’elle pour être à sa hauteur, tout en réfléchissant. « Je sais ce que tu vas acheter avec mes billets. ». Pause. « La crème antirides pourrait servir, ce serait un bon investissement non ? ». Le pire, c’est qu’il gardait un air sérieux pour le coup, ça avait de quoi décontenancer, pourtant, intérieurement il s’agissait bel et bien d’une blague. Mais l’énerver était-il une bonne idée et une bonne excuse qui la pousserait à sortir ? Dans tous les cas, la brune se retenait bien de rire, il n'avait même pas noté sa petite victoire.



Revenir en haut Aller en bas


Ciara A. Ó Mordha

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 97
░ Copyright : Rose. / Rose.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Dim 11 Déc - 16:44


Entre ces murs, Ciara avait droit à la tranquillité qu'elle appréciait tant. Protégée des sentiments de chacun, elle ne les ressentait pas. Simplement parce qu'elle ne le voulait pas, elle n'en avait pas besoin. Le vide qui la caractérisait était sa fierté avant tout. Silencieuse, elle avait vite fait d'observer son Infant pendant un long moment. Il semblait presque hyperactif a côté d'elle. Parce qu'elle, elle était capable de rester immobile pendant un temps indéfini. Le monde n'était pas son .. Truc, les discussions la lassaient le plus souvent, et puis, elle était réputée pour ne pas être de bonne compagnie. Seulement, Aedhan avait l'âme d'un persévérant, c'était en partie à cause de cela qu'elle avait choisi le jeune homme. Il était capable d'offrir la balance inébranlable dont elle avait besoin, sans jamais le reconnaitre. Il la sortait de sa léthargie, alors que d'autre, ou plutôt un autre, la replongeait dedans, la tête la première. Aedhan était l'inverse d'Amadeus. L'un et l'autre offrait un équilibre précaire tandis que la Vampire ne semblait pas réellement en souffrir, au contraire, elle appréciait cela.

Dure, de nature, Ciara était implacable. Elle ne laissait passer que peu de chose. Elle n'était pas sans savoir que son infant marchait le plus souvent sur des œufs avec elle. Mais cela ne la dérangeait pas réellement, après tout, elle avait été élevée pour être comme elle l'était. Vraiment ? Oui, bon, Angelus aurait surement voulut qu'elle soit un peu moins froide, cependant, même dans son humanité, elle n'avait pas été chaleureuse, elle avait toujours été ainsi. On ne pouvait pas lui en vouloir. N'est-ce pas ? Prenant une inspiration totalement fictive. L'air n'était pas un besoin, mais l'illustration d'une mimique comme une autre, elle haussait les épaules au sujet du commentaire d'Aedhan avant de finalement voir la relation avec le fait qu'elle puisse être sa mère. C'était.. Charmant, ou pas.

    « Je ne suis pas ta mère, heureusement pour mes nerfs.. Quoique, je suis sûre que je te survivrais. »


Humour sans l'ombre d'un changement, sans l'ombre d'une illustration de ses propos, la Vampire s'était relevée pour prendre la direction de cette maudite porte. Elle n'était pas sans ignorer que s'il avait pu le faire, il l'aurait poussé en dehors de l'endroit pour la baigner dans la foule. Seulement, elle avait rapidement comprit ce qu'il manigançait, ce n'était surement pas la première fois. Le regard teinté de cette nuance dorée, Ciara se retrouvait embaumée des sentiments de chacun. Ils s'accrochaient à sa peau de manière presque frénétique. Sangsues cherchant à briser son calme, à faire vaciller son vide pour mieux le remplir. Elle ressentait à nouveau. Quelques secondes.. Pendant quelques secondes, elle trouvait cela enivrant, un peu comme l'effet d'une drogue sur un organisme particulièrement réceptif. Fermant les yeux, elle ne tardait pas à les rouvrir pour reporter son attention sur son vis à vis. Sans même le vouloir, elle était stone. Et rien que pour cela, elle allait se détester.. Plus tard.

    « Ils ne se sont pas calmé, et puis, on serait venu me prévenir. » Oui hin. On informait toujours la vampire d'un possible grabuge dans son club. « T'essaies de me faire sortir de mon bureau, mais tu veux que je fasse quoi de l'autre côté ? Que j'aille discuter avec un gentil garçon avant de le croquer dans une ruelle sombre ? »


Au moins, sa question avait le mérite d'être directe. Cependant, elle n'avait pas vu faire son infant, quand il avait récupéré les clés. Dommage pour elle. Peut-être allait-il réussir à la faire décamper de l'endroit. En attendant, elle avait les pieds fixés dans le sol. Au sujet de l'indigestion, elle aurait bien voulu en rire, mais finalement, elle se retenait, par simple instinct de contradiction. Intérieurement, un rire se déversait dans son for intérieur, la berçant comme on berce une enfant n'attendant qu'une attention délicate. Mais elle n'était pas une enfant, elle n'aimait pas les attentions. Contradiction qui l'enivrait et la tiraillait un peu plus, le visage signait à la négative jusqu'à ce que les paroles d'Aedhan parvienne à son oreille. Le regard émeraude presque lumineux par cette touche singulière le fixait alors qu'elle se rapprochait pour venir l'observer de plus près. Bien plus proche, elle n'aurait pas pu l'être, en attendant.

    « Tu es sur ? De toute manière, ton orteil ne te sert à rien. » Alors même qu'il se rapprochait encore, elle ne bougeait plus, l'observant presque trop fixement. Cette bouffée d'empathie avait réveillé son appétit. Un appétit qui était loin du sang. Elle le ressentait, il était là, il ressentait toujours autant. Toujours plus. « Non. » D'accord.. Pas de crème antiride. « C'est .. Drôle. Je ressens toujours cette pointe de peur quand tu me provoques, mais finalement, tu oses quand même. Ta désinvolture est.. » Elle cherchait le terme, totalement déconnectée de la réalité. « Sucré-salé. »


Sucré salé.. C'était une manière de voir les choses. Elle glissait une de ses mains contre son propre font pour dégager une mèche brune avant de finalement la laisser retomber trop lentement.

    « Je n'ai pas envie de sortir de ce bureau, tu m'as forcé à m'ouvrir, ils ressentent trop. Il va me falloir trop longtemps pour m'en débarrasser. » Blanc. « Quoiqu'avec une paire de chaussettes fantaisie, j'y arriverais surement. »


Et.. Ca la faisait sourire. Bravo Aedhan. C'était un sourire.. Mais un sourire de Ciara enivrée par les émotions des autres.

................................................
SWEET SACRIFICE « Fear is only in our minds.. taking over all the time. Fear is only in our minds, but its taking over all the time. You poor sweet innocent thing.. Dry your eyes and testify. You know you live to break me.. Don't deny, Sweet Sacrifice. »


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


Profil

Perso'



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Ven 23 Déc - 20:23






« COME ON. BE A NICE VAMPIRE, GET OUT OF THIS PLACE. »


Trouver une raison pour expliquer sa visite. Il n’en avait pas vraiment mais était-ce réellement nécessaire au fond ? Le pire, c’est qu’il ne mentait pas vraiment à son Sire, elle n’était pas repoussante à regarder, ce n’était pas une sorcière pleine de pustules, non, alors le compliment semblait logique. La remarque de Ciara face à l’éventualité de la mère le fit sourire alors qu’il croisait les bras. Aedhan savait pertinemment qu’il devait être parfois difficile à supporter, ce qui lui avait valu quelques représailles par le passé, mais il adorait sincèrement la brune, aussi froide puisse-t-elle se montrer de temps à autre. Toutefois, le vampire ne se laissa pas attendrir, il devait la faire bouger, hochant simplement la tête en guise de réponse à propos du rôle maternel, il l’observa se diriger vers la fameuse porte et l’ouvrir. Ni de une ni de deux, il s’empara des clés du bureau sans qu’elle n’ait le temps de le noter, probablement perdue dans les effluves de ressentis de tous ces pauvres humains débiles. Intérieurement, l’Ecossais savait qu’il était encore loin d’avoir gagné la partie, et pour cause, elle n’avait pas été plus loin que le seuil de la porte. Regagnant sa place comme s’il n’avait jamais bougé d’un pouce, il se contenta de sourire. Bien, premier essai plus ou moins raté, et en plus il venait de l’agacer, décidément il était trop fort comme Infant. Prenant un air innocent, il tenta une explication bancale, comme si la bagarre avait réellement eut lieu. En plus de ça, elle venait de mettre le doigt sur son but du soir. Pinçant les lèvres, il croisa à nouveau les bras, s’étant rapproché d’elle. Faisant mine de réfléchir et levant un index vers le plafond, il soupira.

« Et bien… Quelque chose de ce genre là oui, pourquoi pas. ». Oui, croquer un homme pouvait être une idée non ? Sans forcément le dire à Angelus bien sûr… Il se racla d’ailleurs la gorge, car il craignait la réaction future.

Puis elle se mit à user d’imagination, lui faire manger son orteil ? Que nenni, il signait déjà à la négative, prétextant une indigestion s’il venait à goûter ne serait-ce qu’un tout petit bout de son pied. A la question de son Sire, Aedhan acquiesça énergiquement.

« Oh oui, on ne peut plus sûr, ça me rendrait malade de saloper le sol de ton si cher bureau… ». Esquissant un nouveau sourire, l’Infant savait pertinemment qu’il jouait avec le feu, rien qu’à voir la teinte dorée dans les prunelles de sa chère brunette, ça n’avait rien de rassurant, non, vraiment pas et pourtant, il continuait de se rapprocher, un pas de plus et il suggérait à Ciara de s’acheter de la crème antirides avec l’argent de poche qu’il venait de lui offrir gentiment. Voir la jeune femme aussi proche de lui ne l’aidai clairement pas à se détendre, s’il adorait son Sire il le craignait également, car il savait de quoi elle était capable, et même s’il cherchait la petite bête qui la ferait rire et sortir d’ici, nul doute qu’il risquait de se manger plus qu’une simple télécommande de télévision. Suffisait de prendre en compte la proposition de l’orteil pour comprendre. Le « Non » vola dans les airs, net et précis, ce qui n’étonna pas Aedhan une seule seconde. Faisant la moue, comme s’il semblait triste et déçu qu’elle réponde négativement, il perdit rapidement ce petit « jeu », récupérant son sérieux tandis qu’elle prenait un malin plaisir à exposer ses… Ressentis ? Arquant un sourcil face aux paroles de l’Ecossaise, il l’observait, surpris par le terme employé, puis haussa les épaules, décroisant enfin les bras, les laissant retomber le long de son buste. « Ah, ces restes de ressentis me trahissent toujours. ». Il sourit nerveusement de toutes ses dents. « J’ose toujours, en effet et puis je décline tes charmantes offres en matière de drôles d’idées, comme l’orteil de tout à l’heure… ». Sucré-salé, au moins ça avait le don d’avoir un nom sympathique. « Aurais-tu avalé un livre de poésie avant mon arrivée ? ». La petite bête Kingkade, la petite bête. A croire que c’était plus fort que lui, de toujours usé d’humour probablement aussi rabougri que ses organes intérieurs. Même si pour le coup, cette dénomination de sucré-salé avait ce petit quelque chose de poétique. Il se serait presque senti important pour le coup. Un silence retomba quelques instants tandis que le vampire reculait enfin, oui, s’approcher c’était bien, mais elle était beaucoup trop proche de lui, et ça sentait le mauvais coup à plein nez. Ce mélange de sucré-salé ne le quittait pas, il craignait mais osait toujours. Malheureusement, il ne comprit pas la référence sur les chaussettes. Fronçant les sourcils, bouche entrouverte il ne quitta pas la brune des yeux, comme si elle délirait totalement. Mais, il eut son miracle du soir. Un sourire ! Levant les bras en l’air, il sautilla pendant quelques secondes en marmonnant un « yes ! » pour lui tout seul. Tournant lentement sur lui-même il croisa à nouveau le regard de Ciara et laissa rapidement retomber ses bras, comme s’il n’avait rien fait, un tantinet… Gêné cette fois. Reprenant son sérieux, il pencha la tête sur le côté.

« Pourquoi des chaussettes au juste ? ». Oui c’est vrai ça, pourquoi ?

Contournant la chaise sur laquelle il s’était assis quelques minutes plus tôt, il posa ses mains sur le dossier pour s’y appuyer, là, il récupéra une moue significative, car il venait enfin de se rendre compte qu’elle refusait de sortir.

« Allez… Rien qu’une petite heure, pour me faire plaisir ? Tu ne risques rien à t’absenter de ce bureau pendant 60 minutes, les futurs vampires décapités n’iront pas plus loin, tu finiras toujours par les avoir, je le sais, tu m’as toujours eu, même quand j’essayais de courir aussi vite qu’une Ferrari. C’est… Embarrassant d’ailleurs. ». Il lui adressa un énorme sourire coincé avant de plisser le nez. « Ouais, tu gagnes tout le temps à ce jeu là, c’est déprimant. Laisse-moi au moins gagner une toute petite heure avec mon Sire adoré ? Là, dans la grande salle, à siroter un cocktail juteux tout frais en provenance de cette usine qui provoque le malheur de ceux qui adorent se servir directement dans la poche vivante et frétillante. Mais bon, je suis prêt à faire une exception et siroter ce si cher liquide dans un pauvre verre transparent… Alors, je gagne ? ». Lui adressant un nouveau sourire, il y croyait dur comme fer, hors de question de perdre cette manche là.
Revenir en haut Aller en bas


Ciara A. Ó Mordha

Angy
Angy


Profil
░ Nombre de messages : 97
░ Copyright : Rose. / Rose.

Perso'

We are the future
Capacités & Faiblesses ::
Rumeurs ::
Relations Rp ::



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Mar 3 Jan - 23:02


Non mais Aedhan voulait vraiment que la Vampire sorte de son maudit bureau, ça en était presque lassant. Plissant les yeux, elle observait fixement son infant, cherchant à se débarrasser de ces effluves qui grisaient ses sens. Drogue immatérielle, dont elle seule pouvait savourer l'élixir. Elle sentant le monde tourner, vibrer, au-delà des murs, chaque pulsation cherchait à repousser les limites que représentait la porte qui la séparait des autres. Un regard jeté dans la direction de la sortie, le visage se penchait sur le côté. Plus elle en ingurgitait, plus elle en voulait. Plus elle en voulait, plus elle souhaitait s'en débarrasser. Drogue au parfum aussi infernal qu'impossible. Si la Vampire avait pu soupirer, elle l'aurait très certainement fait, rien que pour le plaisir de montrer son mécontentement, ou même sa lassitude à son infant. Mais à la place de cela, elle le laissait reculer, elle le laissait créer une distance maladive qui ne l'empêchait pas de ressentir chacun de ses sentiments derrière une façade souriante et pour le moins ravie de pousser le vice, et la provocation. Regard aux filaments dorés qui se figeaient sur les traits de l’Écossais, Almerya lisait au-delà des apparences, de ce qu'il montrait, et cette peur lui sautait presque au visage. Diable qu'elle aimait ce parfum, il ne faisait qu'accroitre sa faim, son envie insatiable de faire souffrir pour ressentir, pour faire ressentir et surtout pour absorber. Elle qui ne ressentait rien, elle comblait son propre vide, même si elle semblait l'affectionner plus que tout.

Mais finalement, Aedhan avouait qu'il voulait bien la faire sortir de son bureau. Haussement d'épaule désinvolte alors qu'elle ne semblait pas spécialement décidée, les bras se croisaient sagement sous sa poitrine tandis que ses ongles jouaient sur son avant-bras croisés. Le regard mordoré plongeait vers le sol alors qu'elle imaginait déjà les taches de sang, les traits figés dans le marbre se teintaient d'une perplexité qui dissimulait facilement de l'amusement. Il ne voulait pas salir son sol, c'était.. Adorable, ou pas. Le nez se plissait tandis qu'elle reportait toute son attention sur le Vampire. Ses restes.. Ses sentiments. Avoir des restes était mieux que rien, comme dans le cas de Ciara, mais elle restait silencieuse sur ce sujet. Simplement parce qu'elle ne se plaignait pas de son propre vide, elle l'avait apprivoisé, depuis le temps, ou peut-être était-ce lui qui l'avait apprivoisé, elle, c'était une question de point de vue.

    « Tu n'es pas drôle. Après, je dois me défouler sur les condamnés. Quoiqu'ils ne sont plus là pour s'en plaindre. » Forcement. Les épaules se rehaussaient un instant avant de s'abaisser à nouveau. Un sifflement passait outre ses lèvres, signe d'un mécontentement qu'elle ne prenait pas la peine de cacher. « La poésie, c'est pour les tapettes. »


Blanc. Gros silence. Ah, ça ne venait pas d'elle ça. Un abruti dans le coin avait dû avoir une aversion pour la poésie, ou alors, surement était-il simplement de mauvaise humeur. C'était à voir. Disons-le clairement, la Sanguinaire n'avait pas envie de se poser la question, ni même d'y penser tout particulièrement. Expirant de manière factice un effluve, un surplus d'émotion, se dégageant au possible de ces sensations qui l'enivraient, elle n'y parvenait tout de même pas. Une pointe de mécontentement passait d'ailleurs dans son regard tandis qu'elle ne parvenait pas à se débarrasser de ce sentiment là, tout comme des autres. Apercevant d'ailleurs la mimique d'Aedhan, c'était une chose qu'elle avait vu, tandis qu'elle avait totalement zappé l'histoire des clés.

    « Qu'est ce qu'il y a ? Je n'aime pas quand tu es satisfait. »


Adorable. Ce n'était pas entièrement ce qu'elle avait voulu dire. Elle n'aimait pas quand il était satisfait à ses dépens. Voilà, c'était bien plus logique. Mais, la Vampire ne prenait tout de même pas la peine de rectifier, ce n'était pas la peine selon elle. Pour l'histoire des chaussettes, elle haussait un sourcil en faisant quelques pas dans son bureau. Le claquement de ses talons entrainait un bruit mat contre le sol tandis qu'elle s'appuyait contre son bureau. Fesses posées contre, mains qui trouvaient leur appuie, elle se décidait après un temps modéré de silence à reprendre.

    « Disons qu'Amadeus aime les chaussettes. Et ne va pas t'imaginer des choses tordues.. »


Non mais.. Il n'avait rien dit. Bon, c'était plus de l'anticipation qu'autre chose. Se redressant finalement en entendant la tirade de son infant sur le fait de sortir de ces quatre murs et encore plus pour la Ferrari, elle portait son index à son menton. Ongle manucuré qui glissait contre sa peau avant de retomber dans le vide, elle prenait le temps de réfléchir avant de finalement, demeurer silencieuse et s'avancer vers la porte. Victoire ? On aurait pu jurer que l'instant avait un parfum de victoire pour Aedhan, puisqu'elle posait la main sur la poignet et s'arrêtait dans son mouvement pour se retourner vers son infant et l'observer avec un sourire en coin. Commissure de ses lèvres qui s'arquait dans une mimique charmante, elle venait de bouffer.. De la Garce.

    « Non, tu ne gagnes pas, juste parce que ça fait une bonne balance avec tes paris. Je suis sûre que tu t'ennuierais si tout était trop facile. » Ciara faisait quelques pas avant de finalement retourner derrière son bureau et s'assoir tranquillement en croisant les jambes. « J'aime mon bureau, parce que le fauteuil est confortable. Les décapités m'importent peu.. Et encore moins les grognasses entrain de danser et les pervers entrains de suer en les regardant se déhancher. Tu retentes ? Il va falloir miser double alors. »


Intérieurement ? Ciara était plus que satisfaite. A vrai dire, elle jubilait. D'ailleurs, son infant recevait un clin d'œil de la part de son Sire. Il y avait de quoi s'arracher les cheveux ? A peine. Courage Aedhan. Courage. Le symptôme de manque et de faim allait peut être l'aider.. Ou pas.


................................................
SWEET SACRIFICE « Fear is only in our minds.. taking over all the time. Fear is only in our minds, but its taking over all the time. You poor sweet innocent thing.. Dry your eyes and testify. You know you live to break me.. Don't deny, Sweet Sacrifice. »


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


Profil

Perso'



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Mer 25 Jan - 18:59






« YOU’RE CLEARLY NOT FUNNY. »


Discussion qui ne mènerait sans doute à rien, mais discussion qui restait tout de même intéressante malgré les pics que les deux voulaient bien s’envoyer toutes les dix secondes. Pour jouer, l’infant ne s’en privait pas, jouant constamment avec le feu, cherchant… Un il ne savait trop quoi dans la réaction de son Sire. Il fallait juste qu’elle sorte, franchisse le seuil de cette maudite porte pour qu’elle ne puisse plus rien dire. Mais pour ça… Fallait-il encore l’attirer jusqu’à la dite porte quitte à la pousser dehors et refermer toujours la même porte à clé ! Tout n’était que provocations incessantes, si Aedhan la craignait, ça ne l’empêchait clairement pas de foncer tête la première dans ce petit jeu sordide. Qui gagnerait la partie ? Personne ne le savait encore, mais le dénouement prendrait sûrement fin plus vite qu’on ne le pensait. Déclinant l’offre concernant son orteil, il prétexta ne pas vouloir amoché le si beau sol du bureau tant aimé par sa propriétaire. Si lui n’était pas drôle, elle était… Aussi frigide qu’un macchabé ? Non, il ne valait mieux pas dire ça. Manger son orteil ne le tentait vraiment pas.

« Pauvres condamnés… Moi je les plains. ». Nouveau sourire avant de finalement aborder le sujet de la poésie, à parler de sucré-salé, l’Ecossais se disait qu’elle avait réellement prit un coup sur la tête. Pire encore lorsqu’elle répondit à cela du tac au tac.

Laissant le silence s’installer, l’infant observait son Sire d’un drôle d’air, bien qu’un sourire ornait malgré tout son visage. La remarque que venait de faire Ciara était plutôt drôle. Peut-être arriverait-il à la trainer dans la salle principale… Peut-être. Apercevoir un franc sourire de la part de la brune relevait du miracle, et il venait de réussir à en avoir un. Et bien ! Il y’avait du progrès. Fêtant ça petite victoire en sautillant, il fut ravi de constater que son entreprise n’aurait pas été vaine cette nuit. Malheureusement pour lui, son Sire restait son sire, et elle ne se cachait pas pour lui dire les choses franchement. Coupé dans son élan, se tournant, l’air presque penaud vers la jeune femme. Il haussa les épaules face à sa question, il n’y avait rien, elle venait juste de sourire, ce qui relevait sans doute d’un petit pas pour elle, et d’un grand pas pour lui. Ou pas. Posant ses mains sur le dossier de la chaise qu’il occupait plusieurs minutes plus tôt, il hocha la tête. « Absolument charmante. Je ne comprends pas pourquoi Angelus s’inquiète… Je veux dire, je doute qu’un homme apprécie autant que moi les remarques désobligeantes que tu es capable d’envoyer en pleine figure. C’est intéressant la façon dont c’est… Inné chez toi. ». Enième sourire malicieux, ce même éclair traversant ses prunelles car il venait de jouer encore une fois avec le feu. Au grand damne de Ciara probablement. Puis il demanda pour les chaussettes, car il n’avait pas compris l’allusion, et puisque ça la faisait rire, autant savoir. Le claquement des talons sur le sol ne le rassurèrent en rien, Aedhan restait irrémédiablement crispé dès que la brune s’approchait un peu trop près, ou bougeait avec une telle maîtrise et une telle lenteur, que ça ferait fuir n’importe quel humain censé. Pourtant, même s’il n’était pas peu fier, il ne mouftait pas, et ne bougeait pas d’un millimètre. Suicidaire ? Peut-être un peu, mais comprenez-le, ce n’était pas une mince affaire que de vouloir faire sortir le loup de sa bergerie… Mauvaise image. Essayez de faire sortir recracher un lapin à un Serpent, et vous verrez si ça marche !

Quoi qu’il en soit, l’Ecossais s’était à présent redressé en entendant la réponse de l’Archonte. Amadeus et des chaussettes ? Oh, tiens donc, comment pouvait-elle espérer qu’il ne se ferait pas d’idées après une réponse pareille ? Aedhan resta silencieux et ne répondit pas à l’histoire des chaussettes, gardant ses propres images pour lui, quoi que… « Tu lui as donné tes mi-bas usés ? ». Simple question…

Décidément le vampire ne semblait jamais s’arrêter de provoquer. Provocation pour provocation, comme œil pour œil et dent pour dent. Vint finalement l’heure de la convaincre, et inutile de dire que ce n’était pas simple. Se lançant dans une vaine tirade, il commençait à perdre patience tout en offrant sa gueule d’Ange en pâture à son impitoyable Sire. D’ailleurs, la voilà déjà qui s’avançait vers la porte, attrapait la poignée du bout des doigts, provoquant ainsi un grand intérêt de la part de son Infant qui ne la quittait pas des yeux. Aurait-il son moment de gloire ? Oui ? Non ? La réponse fut non… Et ce fut Ciara qui la lui donna, se tournant vers lui avec un petit sourire narquois. Il avait ses sourires mais pas le reste, c’était donc une semi-victoire, mais il n’allait pas lâcher le morceau, non clairement pas… Il avait plus d’un tour dans son sac. Oh oui. Mais pour l’instant, il était juste planté là, bouche bée tandis qu’elle retournait derrière son bureau pour se laisser tomber dans son fauteuil. Désespérante quand elle le voulait bien. Plissant le nez aux premières paroles, il resta derrière sa chaise. Rien n’était facile avec elle, elle ne pouvait pas mettre cette excuse sur le tapis. « Mauvaise joueuse. ». Première réflexion à voix haute. Il semblait… Vexé. Les mots qui suivirent ne le satisfirent pas plus, mais il ne fit qu’hausser les épaules. Sourcils froncés face à l’agacement du moment, ses prunelles se teintaient lentement de doré, comme celles de Ciara aurait pu le faire, en moins flagrant cela dit. Contrarié ? Oh que oui, mais dans sa tête, il cherchait déjà un autre plan, et il en avait un, ca la ferait sans doute bouger, ce trousseau de clés devait bien contenir d’autres clés toutes aussi importantes non ? En apercevant le clin d’œil, Aedhan leva les yeux au ciel, il touchait le fond, ça perdait de son amusement, sauf si sa propre réaction était faussée. Elle l’était, enfin… Pas totalement, il était contrarié quand même. Son Sire venait de gagner une bataille, pas la guerre, il avait un dernier tour dans son sac. C’était un risque à prendre, il recevrait peut-être la raclée de sa vie, mais ça pouvait surement réussir. D’ailleurs, un nouveau sourire étirait déjà son visage.

Le dernier essai était en marche, il aurait grande faim après ça mais qu’importe, il voulait relever le défi, il réussirait à trainer Ciara dans cette maudite salle, même s’il fallait déchirer la jupe. Sortant une liasse de billets de sa poche, il gardait le silence, faisant mine de jouer avec cette dite liasse pendant quelques secondes. Relevant finalement les yeux sur son Sire, un sourire en coin vint narguer la brune de plus bel tandis que la liasse tombait au sol, presque comme une maladresse. Une fausse maladresse. Son sourire finit par s’élargir avant qu’il se penche pour aller la récupérer, et faire comme si les billets s’étaient réfugiés sous la chaise. Il ne fallut que quelques secondes pour que ses mains deviennent pattes. A force d’entrainement et de transformation, ça devenait plus facile. Se secouant pour retirer les vêtements, il renifla et poussa son jean avec sa truffe pour récupérer le fameux trousseau de clé. Elle pouvait l’entendre d’ailleurs, le tintement des clés se cognant après le sol du bureau. Puis, se dégageant finalement de derrière la chaise (bien que sa taille canine fût visible malgré le meuble…), il recula vers la porte et se posa en plein milieu du bureau, les iris dorés se posant sur la brune, les clés dans la gueule. Assis, il pencha la tête sur le côté, la narguant clairement. Viendrait les chercher ? Ou ne viendrait pas ? S’il y’avait course poursuite, nul doute que là, il s’amuserait vraiment. Le loup attendait fièrement, sa queue remuant lentement face à l’attente et l’adrénaline que cela pouvait provoquait. Oh, non, il n’était plus en colère. C’était une chance sur deux, et c’était aussi sa dernière tentative. Gagné ou pas ?


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Profil

Perso'



MessageSujet: Re: Night Fever җ CIARA&AEDHAN Aujourd'hui à 1:49


Revenir en haut Aller en bas
 

Night Fever җ CIARA&AEDHAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Saturday night fever. -pan-
» Saturday Night Fever [Nat - Terminé]
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REQUIEM V.2 ◑  :: 
♦•.New Orleans.•♦♦•.New Orleans.•♦
 :: 
Le Quartier des Affaires
 :: 
BloodLust
-



Voir la Carte
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Forums RPG | Vampire